Revenu minimum pour les jeunes: des députés proposent une "loi d'aide individuelle à l'émancipation"
Revenu minimum pour les jeunes: des députés proposent une "loi d'aide individuelle à l'émancipation"
Depuis plusieurs mois, les jeunes et les étudiants ne cessent de témoigner de leur précarité alors que la crise du Covid-19 les a privés, pour certains, du travail leur permettant de vivre décemment. Le gouvernement a déjà mis en place plusieurs mesures pour les aider mais ce n'est pas suffisant selon deux députés qui défendent une proposition de loi intitulée "Aide individuelle à l'émancipation", sorte de revenu minimum adressé aux 18-25 ans.

Le message d'alerte des jeunes et des étudiants sera-t-il enfin entendu ? En janvier dernier, les étudiants avaient crié leur mal-être sur les réseaux sociaux avec le hashtag #EtudiantsFantômes. Afin d'aider les jeunes, le gouvernement a tout de même lancé quelques aides comme les repas à 1 euros pour tous les étudiants, une nouvelle aide au logement de 1000 euros ou encore le programme 1 jeune 1 solution visant à accompagner les jeunes dans leur recherche d'emploi. Des dispositifs "insuffisants" selon Hervé Saulignac, député socialiste et co-rapporteur d'une nouvelle proposition de loi visant à aider les jeunes en difficulté.

C'est quoi la proposition de loi "Aide individuelle à l'émancipation" ?

Cette proposition de loi soutenue par les députés socialistes Hervé Saulignac et Boris Vallaud a pour but d'apporter une aide financière à tous les jeunes qui en ont besoin sous deux formes différentes, comme le rapporte Hervé Saulignac à FranceInfo. D'abord en proposant un "revenu de base" similaire à celui du RSA, soit 564 euros. L'autre aide consiste en "une dotation en capital" de 5 000 euros qui pourrait permettre à des jeunes de "disposer des moyens de départ qu'ils n'ont pas" pour, par exemple, payer une formation ou se lancer dans l'entreprenariat. Ces aides seraient accessibles seulement aux 18-25 ans qui ne reçoivent pas le soutien de leurs proches, car ils sont en rupture ou bien car leurs familles n'ont pas les moyens de les aider. "Il y a des jeunes qui sont soit en marge, d'une certaine manière, du milieu familial, soit détachés du foyer fiscal, soit avec des parents qui ont des ressources extrêmement modestes. Tous ceux-là sont éligibles à l'aide que nous proposons." souligne Hervé Saulignac, toujours à FranceInfo.

Cette proposition de loi, déposée de 5 janvier dernier, a évidemment pour but d'aider les 18-25 ans qui ne bénéficient d'aucune aide. "Dans la vie d'adulte, il y a un continuum de prestations sociales, et qu'il y a un trou dans la raquette : entre 18 et 25 ans, il n'y a rien du tout" rappelle Hervé Saulignac qui ajoute que l'aide individuelle à l'émancipation est "un dispositif qui vise d'abord à venir le plus rapidement possible au secours de ces jeunes".