Ana Ortiz en interview pour la sortie de Love, Victor sur Disney+
Ana Ortiz en interview pour la sortie de Love, Victor sur Disney+
Après Ugly Betty et Devious Maids, Ana Ortiz est de retour dans une série avec Love, Victor dont un épisode de la saison 1 est disponible chaque vendredi depuis le 23 février sur Star sur Disney+. L'actrice incarne Isabel, la mère du héros joué par Michael Cimino. En interview, elle évoque son personnage loin d'être cliché, l'importance de la diversité et ce qui a changé depuis ses débuts à la télé.

A l'origine prévue pour Disney+, la série Love, Victor (spin-off du film Love, Simon) a finalement été diffusée sur Hulu aux Etats-Unis pour le mois des fiertés en juin 2020. L'arrivée de Star, nouvelle section de Disney+, nous permet enfin de pouvoir découvrir la série en toute légalité en France. On y suit l'histoire de Victor (Michael Cimino), un ado fraîchement arrivé à Atlanta, qui va se poser des questions sur sa sexualité. Ana Ortiz incarne Isabel, la mère de Victor.

J'aime le fait qu'Isabel ne soit pas une mère conventionnelle

Comment votre personnage, Isabel, se distingue-t-il des autres rôles de parents dans des séries du même genre ?

Ana Ortiz : Isabel est un personnage compliqué, elle a beaucoup de torts. D'habitude, la mère est souvent représentée comme une sainte. Mais Isabel a beaucoup de problèmes. Le fait qu'elle ait tous ces soucis lui permet de ne pas trop juger ce que vit Victor. Elle comprend qu'elle aussi a fait des erreurs donc que tout le monde ne peut pas être parfait. J'aime le fait qu'Isabel ne soit pas une mère conventionnelle, qu'elle a sa propre vie. Les producteurs et scénaristes ont vraiment voulu que chaque personnage ait sa propre vie. Ce n'est en fait pas une seule histoire mais tout le monde a sa propre histoire et toutes se rejoignent.

Love, Victor est une série inclusive, pour la communauté LGBTQ+ et pour la communauté LatinX. Quelles réactions avez-vous reçu de la part du public américain ?

Ce qu'apporte Love, Victor est vraiment unique. On peut croire que le fait de dire : "La représentation ça compte" est cliché mais non, c'est une vérité. Depuis la diffusion de la série aux Etats-Unis, beaucoup de jeunes m'ont contacté pour me dire : "Je ne savais pas comment avoir cette conversation, je ne savais comment en parler, je ne savais pas comment en parler à ma mère ou à mon père. Du coup, je leur ai dit : 'Regardons cette série ensemble'". D'autres m'ont dit : "Je ne suis pas encore prêt mais pouvoir le voir à la télévision me donne de l'espoir". Mais il y aussi des gens qui m'ont dit : "Je n'avais jamais vu une famille portoricaine représentée de cette manière avant. C'est tellement cool de vous entendre parler en espagnol". C'est super d'avoir ces réactions. Et puis il y a aussi un casting diversifié et je ne parle pas seulement de la race mais aussi du fait que nous avons des ados riches, pauvres, des sportifs, des intellos... Cette inclusivité est importante.

Vous avez déjà joué la mère d'un personnage queer dans Ugly Betty. Est-ce-que des parents viennent vous parler de vos personnages ?

C'est une de mes plus grandes joies de pouvoir jouer ces mères et vivre ces expériences. Dans Ugly Betty, Hilda n'aurait jamais permis que qui que ce soit regarde Justin de travers. Elle le défendait, croyait en lui, se battait pour son droit d'être queer et d'être ce qu'il voulait être. Isabel dans Love, Victor est son contraire, elle n'est pas tolérante, elle pense que son fils pourrait aller en enfer, qu'il est un pêcheur mais l'aime quand même tellement et est terrifiée pour lui. C'est fou de jouer cela. Souvent, quand on me parle d'Hilda, tout le monde me dit : "On t'aime". Jamais je n'ai été critiquée pour ce rôle. Pour Isabel, une mère m'a dit : "Tu dois rester sur tes principes, il doit revenir vers Dieu". Et moi je réponds : "Ce n'est pas ce qu'on a prévu mais bon d'accord...". J'aime le fait que la série lance des conversations et j'aime le fait que les gens se voient représentés à la télé. Peut-être que cette mère qui m'a dit cela peut voir qu'elle peut grandir, qu'elle peut changer et être plus tolérante.

Ana Ortiz dans Ugly Betty et dans Love, Victor
Ana Ortiz dans Ugly Betty et dans Love, Victor

Quel a été votre plus gros challenge pour Love, Victor ?

Certaines scènes ont été très compliquées. Dans un épisode, Isabel apprend que sa fille envoie des nudes à son petit ami. J'ai une fille de 11 ans donc pour moi, c'était difficile car ce sera peut-être dans mon futur proche. D'une certaine manière, je suis très sanguine donc le fait qu'Isabel réagisse de façon plus calme m'a permis de me poser des questions sur la façon dont j'élève mes enfants. C'était une scène difficile pour moi car j'ai l'impression que beaucoup de parents traversent ça et c'est vraiment flippant avec les jeunes filles car c'est une chose qui peut les suivre toute leur vie. J'étais contente que le sujet soit abordé mais c'est une chose qui m'a marqué.

Etes-vous en contact avec les scénaristes de la série pour donner votre avis ?

J'ai beaucoup de chance car au fil de ma carrière, les scénaristes ont toujours été en contact avec moi pour les séries auxquelles j'ai participé. En ce qui concerne Love, Victor, je suis très proche des scénaristes, je leur envoie des textos, on parle tout le temps. C'est un groupe très diversifié. Ils veulent vraiment s'assurer de bien faire. Ils n'ont pas d'égo. Si une chose me semble improbable, je leur dis : "Je ne dirais pas ça mais plutôt ça". Ils ne sont jamais sur la défensive, ils sont très ouverts. C'est une expérience géniale et ça change beaucoup de choses. Ces scénaristes sont presque comme un personnage de la série. Ils sont toujours là pour nous et c'est génial.

La diversité est si importante !

L'industrie de la télévision a-t-elle changé depuis vos débuts ?

Ça a beaucoup changé ! Il y a plus de diversité. La télévision maintenant, c'est vraiment brillant. Je trouve même que c'est mieux que d'aller au cinéma. Il y a beaucoup de contenus mais aussi beaucoup de contenus de qualité. Mais ce qui n'a pas suffisamment changé, c'est la représentation des différences. Je dis cela en tant qu'actrice Latinx mais je ne parle pas seulement de la race. Il n'y a pas assez de diversité au niveau de l'âge, on est une société qui fait preuve d'âgisme. Il n'y a pas non plus assez de diversité en terme de statut social. On adore regarder des riches faire n'importe quoi mais des gens plus pauvres pourraient faire la même chose et j'adorerais voir ça ! Mais pas dans une télé-réalité ! On pourrait montrer ce que c'est de vivre dans un petit appart de New York et comment c'est de vivre comme ça. La diversité est si importante ! Quand on y pense, Love, Victor est l'une des seules séries avec un casting Latinx. Il y avait Au fil des jours, Gentefied, Vida et deux sont annulées ! Donc je pense qu'on peut faire des efforts sur la diversité. Les choses changent et il y a plus de représentation qu'au début de ma carrière mais il y a de la place pour évoluer. Et j'aimerais voir plus de séries centrées sur des femmes.

Propos recueillis par Aubéry Mallet lors d'une table ronde avec des médias internationaux.

Ana Ortiz
Ana Ortiz : "Devious Maids est une mini-révolution"
Devious Maids : la série événement débarque enfin en France !
Ana Ortiz : Hilda d’Ugly Betty accouche d’un petit garçon
Outnumbered ... le remake US avec Ana Ortiz en dépressive
voir toutes les news de Ana Ortiz Découvrir plus d'articles