Nouveau rebondissement dans l'affaire des lettres empoisonnées envoyées à Barack Obama en avril dernier. Une actrice, qui jouait plus particulièrement un zombie dans la série The Walking Dead, est accusée de tentative d'assassinat sur le président des États-Unis. Un scénario digne d'un film d'horreur.

En avril dernier, au lendemain des attentats de Boston, Barack Obama était pris pour cible par le biais de lettres empoisonnées, réceptionnées par le centre de tri postal de la Maison Blanche. Ces dernières contenaient de la ricine, une substance toxique mortelle possiblement concoctée par un certain Paul Kevin Curtis, arrêté depuis par la police. Cette affaire prend aujourd'hui un tournant surprenant avec l'arrestation d'un nouveau suspect.

Barack Obama VS Zombie

Et pour cause, comme le rapporte NBC News, la femme d'origine texane, accusée d'avoir envoyé l'une des trois lettres contaminées au président des Etats-Unis ainsi qu'au maire de New-York, Mike Bloomberg, est une actrice de télévision. Celle-ci a notamment campé plusieurs fois le rôle d'un zombie dans la série The Walking Dead et a également joué dans le show de CW, The Vampire Diaries.

L'arroseur arrosé

D'après les dernières informations, Shannon Rogers Guess Richardson avait contacté le FBI pour expliquer que son mari, un vétéran de l'armée américaine, avait envoyé les courriers meurtriers. Après investigation, il s'est avéré que l'actrice était bien plus coupable que son époux dans l'histoire. Elle ne devrait donc pas faire partie des prochains zombies terrifiants de la saison 4 de The Walking Dead.

Barack Obama
Kamala Harris colistière de Joe Biden : une décision historique validée par les stars
Black Lives Matter : 5 phrases fortes à retenir du message de Barack Obama
Coupe du Monde 2018 : les Bleus victimes de racisme, Barack Obama salue leur diversité
Barack et Michelle Obama signent chez Netflix pour "nous faire réfléchir différemment sur le monde"
voir toutes les news de Barack Obama Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème