Stars à nu : 7 hommes se déshabillent pour la bonne cause
Stars à nu : 7 hommes se déshabillent pour la bonne cause
Des célébrités se déshabillent pour la bonne cause ! Ce vendredi 31 janvier, TF1 diffuse à 21h05 la première émission de deux soirées exceptionnelles. Dans Stars à nu, 15 célébrités ont décidé de sensibiliser le public au cancer du sein, de la prostate et des testicules. Face aux caméras et à un public, ils vont réaliser un strip-tease et se dévoiler comme jamais. Mais devaient-ils absolument se mettre nus ? Bruno Guillon a répondu.

TF1 s'engage pour la lutte contre le cancer de façon inattendue. Avec Stars à nu, la chaîne déshabille les célébrités, mais pour la bonne cause. Ce vendredi, ce sont les hommes qui se lancent. Parmi les candidats, on retrouve Baptiste Giabiconi, Philippe Candeloro, Franck Sémonin ou encore Bruno Guillon. L'émission diffusée dès 21h05 suit leur préparation avant un gros show au Lido où ils ont dû tomber la chemise - et le reste - face aux caméras et à 1000 personnes.

Des cache-sexe disponibles

S'ils ont terminé nus lors de leur show, les participants n'étaient pas vraiment forcés de se déshabiller intégralement face aux caméras de TF1. C'est ce qu'a confié Bruno Guillon dans une interview donnée à Sud Radio. L'animateur a expliqué que la production avait mis des cache-sexe à disposition des candidats. "Arthur (qui produit l'émission, ndlr) avait dit : 'Si vous n'êtes pas à l'aise, il y a des cache-sexe couleur peau.' Et on aurait pu les mettre, mais on s'est tous dit : 'Les gars, on le fait.' Et aucun n'en a mis. On s'est tous retrouvés le sexe à l'air." a confié Bruno Guillon.

Un strip-tease pour la bonne cause

Pour cette première soirée, ce sont sept hommes qui se sont lancés ce défi hors du commun et c'est Chris Marques, juré de Danse avec les Stars, qui était en charge de la chorégraphie. Mais plus qu'une émission sur le strip-tease, Stars à nu permet aussi de faire de la prévention en poussant les téléspectateurs à se faire dépister. Les candidats sont d'ailleurs eux aussi passés devant un médecin durant le tournage. "Beaucoup d'entre nous repoussaient le test à plus tard mais il est important de montrer que ce n'est pas la fin du monde. Le contrôle reste un moment compliqué et il y a un aspect un peu machiste puisque se faire mettre un doigt peut bloquer certains hommes. À plusieurs, on a moins eu la trouille. Il faut accepter la nudité et le regard du médecin. J'espère que ça poussera d'autres hommes à se dépister." a confié Olivier Delacroix à Ouest France.

Le 7 février, ce sont 8 femmes qui se déshabilleront devant les caméras de TF1.

News
essentielles
sur le
même thème