En ce 4 février 2021, journée contre le cancer, Mathilde (20 ans) se confie sur son cancer et fait passer un beau message de prévention
Ce jeudi 4 février 2021, c'est la journée mondiale contre le cancer. L'occasion pour PRBK de vous partager le témoignage de Mathilde, une étudiante de 20 ans atteinte de la maladie de Hodgkin, aussi appelée "le cancer des jeunes". Elle qui a fini sa dernière chimio nous raconte son combat et nous invite à plus de prévention.

Mathilde témoigne sur la maladie de Hodgkin

Il n'y a pas qu'Octobre Rose. Ce jeudi 4 février 2021, c'est la journée mondiale contre le cancer, toutes les formes de cancers. A cette occasion, PRBK a pu interviewer Mathilde, une étudiante de 20 ans qui était atteinte du "cancer des jeunes". Contactée via le compte Instagram @allons_y_prevention (Alexandra de l'association @Geneticancer), qui partage des témoignages pour la prévention de tous les cancers, Mathilde nous a en effet raconté son combat contre la maladie de Hodgkin. Après de longs mois de chimiothérapie, elle a enfin eu sa dernière chimio.

Comment a-t-elle appris son cancer ? Par hasard. "Je n'avais pas de symptômes", "je vivais mon été tranquillement, je travaillais et j'ai commencé à voir l'apparition d'un ganglion au niveau du cou" nous a-t-elle expliqué, "ça me gênait un petit peu mais je n'avais pas mal, c'était pas douloureux". Son copain lui conseille alors de voir un médecin "pour ne pas prendre de risques". Après un traitement d'antibiotiques qui ne faisait pas passer ce ganglion, elle a fait des examens plus poussés et au scanner, le médecin a découvert qu'elle était atteinte de la maladie de Hodgkin.

"J'ai perdu le dessus de la tête en une nuit"

L'un des moments les plus durs pendant son traitement, ça a été la perte de ses cheveux. "Les cheveux ne tombent pas, ils deviennent morts sur notre tête" a expliqué Mathilde, "j'ai perdu le dessus de la tête en une nuit". "Cela me rendait triste, ça me mettait face à la réalité de ma maladie en me disant : 'Tu es malade, ça se voit'" a-t-elle avoué, avant de finalement trouver "libérateur" de se raser le crâne.

Souriante et ultra positive, elle veut faire passer un message d'espoir et de prévention pour les jeunes (et tout le monde) : "Quand on tombe malade, c'est une nouvelle étape, ce n'est pas forcément quelque chose de mauvais, c'est une étape à passer".

Propos recueillis par Marie Piat. Contenu exclusif. Ne pas reproduire sans citer PureBreak.com.