Les cigarettes électroniques contiendraient des composants toxiques et cancérigènes
Les cigarettes électroniques contiendraient des composants toxiques et cancérigènes
Plus d'un million de Français vapotent quotidiennement une e-cigarette, pour réduire leur consommation et/ou arrêter de fumer à moyen terme. Mais une étude du magazine 60 Millions de consommateurs révèle que ces cigarettes électroniques sont "loin d'être des gadgets inoffensifs", contenant des "molécules cancérogènes".

Ca sent le roussi pour les e-cigarettes

Des "gadgets inoffensifs" au goût vanille, bonbon fraise ou thé vert. Voilà comment les fabricants E-Roll, Cigartex ou Cigway présentent leurs cigarettes électroniques. Adoptée par près d'un million d'utilisateurs en France (selon les fabricants), la e-cigarette aident certains à réduire leur consommation de tabac et leurs dépenses, d'autres à pallier l'interdiction de fumer de vraies clopes dans les lieux publics. Mais à part une interdiction aux mineurs décrétée en juin dernier, la fabrication et la vente de la cigarette électroninque n'est pas suffisamment contrôlée.

Molécules cancérogènes et teneurs en formol

Dans son numéro de septembre 2013, le magazine 60 Millions de consommateurs publie une étude sur la question qui laisse un goût amer aux utilisateurs. Vendus en pharmacie ou dans des boutiques spécialisées (et bientôt dans les tabacs ?), les dizaines de modèles de cigarettes électroniques ont été testés par la revue.

Dans la composition des recharges, les scientifiques ont trouvé des "molécules cancérogènes en quantité significative" ainsi que des "teneurs en formaldéhyde (couramment dénommé formol)" très élevées et des traces de métaux "potentiellement toxiques". Si 60 Millions de consommateurs n'y voit pas "une raison pour les interdire", le magazine estime que la fabrication et la vente de ces e-cigarettes devraient être "mieux contrôlées".

News
essentielles
sur le
même thème