Erasmus : des échanges universitaires au cas par cas à cause du Covid-19
Erasmus : des échanges universitaires au cas par cas à cause du Covid-19
Alors que 3 jeunes sur 4 ont été contraints de rentrer chez eux en février-mars en raison de la crise sanitaire du coronavirus, comment se passera la rentrée 2020 ? Les étudiants qui espéraient s'expatrier dans le cadre du programme européen "Erasmus" pourront-ils le faire ?

Avec un taux de réussite de 91,5% au baccalauréat 2020, les universités s'inquiètent de ne pouvoir accueillir cet aflux soudain de bacheliers... Mais qu'en est-il de ceux qui veulent partir étudier à l'étranger à la rentrée ? Comment ça va se passer après un confinement qui a duré deux mois en France et la fermeture des frontières des pays de l'Union européenne ? Alors que 3 jeunes sur 4 ont été contraints de rentrer chez eux en février-mars en raison de la crise sanitaire, les étudiants qui pensaient s'expatrier à la rentrée prochaine dans le cadre du programme européen "Erasmus" pourront-ils le faire ?

Les échanges universitaires possibles malgré la Covid-19 ?

Si les frontières commencent à rouvrir en Europe, permettant des départs, tout dépendra en réalité du campus dans lequel l'étudiant souhaite aller. "Après discussions avec les universités partenaires, on sait déjà que tous les étudiants qui avaient prévu de partir ne pourront pas le faire. En effet, il y a des campus qui ont décidé de n'avoir que des cours à distance pour leurs propres étudiants.", a expliqué Lesley Lelourec, la vice-présidente en charge de l'internationalisation de l'université de Rennes 2, à Ouest France.

Un Erasmus au cas par cas

Cela se fera donc au cas par cas. Par exemple, les universités allemandes ou irlandaises ont déjà annoncé qu'elles n'accueilleraient pas d'étudiants Erasmus l'année prochaine, contrairement à l'Université de Friboug, en Suisse. A cela s'ajoute le brexit qui devrait perturber les échanges entre la France et le Royaume-Uni. Dans tous les cas, il est conseillé d'attendre le deuxième semestre. Sauf si l'épidémie de covid-19 revient à la hausse d'ici là... Une chose est sûre : le nombre d'échanges universitaires devrait baisser cette année.