Coronavirus : les cantines scolaires bientôt fermées ? La transmission chez les jeunes inquiète de plus en plus de médecins
Coronavirus : les cantines scolaires bientôt fermées ? La transmission chez les jeunes inquiète de plus en plus de médecins
Le taux de transmission du coronavirus a augmenté chez les moins de 18 ans. Ce qui inquiète fortement les médecins, les écoles en France étant restées ouvertes malgré la pandémie. Ce que les docteurs redoutent le plus ? Que les enfants, les collégiens et les lycéens se contaminent dans les cantines scolaires, des endroits où ils mangent et parlent sans masques. C'est pendant leur pause déjeuner que le risque de contamination de Covid-19 serait en effet le plus grand.

"A midi, à la cantine, ils mangent sans masques et se parlent"

Selon les derniers chiffres de la Santé publique en France, le taux de positivité de Covid-19 augmente chez les plus jeunes (les moins de 18 ans). Et du coup, le taux de transmission du coronavirus dans les cantines scolaires inquiète de plus en plus les médecins. Car malgré le protocole sanitaire strict dans les écoles comme l'affirme le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, on a vu à quel point la distanciation sociale était absente dans les écoles, y compris pendant le reconfinement. Et le risque de contamination serait encore plus élevé dans les cantines que dans les classes. Parce que, pour rappel, les élèves ont beau être placés en quinconce (quand c'est possible), c'est au moment du déjeuner que les enfants, les collégiens et les lycéens enlèvent leurs masques pour manger et parler avec leurs camarades.

"A midi, à la cantine, ils mangent sans masques et se parlent. Puis le soir, ils repartent chez eux. Mais on nous assure que les enfants ne sont pas des vecteurs de transmission" a ainsi lâché Dominique Costagliola, épidémiologiste et directrice de recherche à l'INSERM, à L'Express. Et elle a aussi confié à BFMTV : "A l'évidence, la cantine est un moment de contamination. Même si les enfants sont moins contagieux, mais si on reste des heures auprès d'eux, à la fin on va avoir plus de cas".

Antoine Flahault, épidémiologiste et directeur l'Institut de santé global de l'Université de Genève, a de son côté affirmé sur la même chaîne d'info en continu que "les cantines sont des hauts lieux de transmission et c'est là qu'il faut faire des efforts. Dans le canton de Genève, on a montré que les enfants de 6 à 12 ans et plus sont tout autant atteints que les adultes. On ne peut plus aller dans les bars et restaurants, on réduit les probabilités de transmission chez les adultes, mais cela reste chez les jeunes qui vont contaminer les classes d'âges plus âgées. Clairement, l'un des grands bassins de transmission reste les écoles, collèges et lycées".

Vers une fermeture des cantines scolaires ?

Mai alors, quelles sont les solutions pour éviter la transmission du coronavirus dans les cantines scolaires ? Robert Cohen, pédiatre et infectiologue, a conseillé dans Le Parisien de faire manger ses enfants chez eux au lieu de les laisser aller à la cantine. "Si les parents ont la possibilité de les faire manger à la maison, pourquoi pas, cela permettra d'espacer davantage les élèves à la cantine" a-t-il ainsi expliqué.

L'autre solution, ce serait bien sûr de fermer les cantines scolaires complètement. Ainsi, les enfants, les collégiens et les lycéens seraient forcés de manger à la maison. Ce serait d'ailleurs une des pistes envisagées par le gouvernement Macron, suivant comment la pandémie évolue chez les jeunes.

Enfin, la troisième option serait de carrément fermer les écoles. Les lycéens suivent déjà les cours en demi groupe (en partie à distance et en partie en présentiel). Les cours pourraient donc éventuellement se faire à 100% à distance pour éviter la propagation de la Covid-19. C'est ce que suggère Alain Fischer, professeur d'immunologie pédiatrique et président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. Sur France Inter, il a déclaré : "Si à un moment donné, il s'avérait que la circulation du virus est telle chez les enfants qu'ils deviennent vraiment dangereux, il faudrait se résoudre à fermer les écoles". Mais en même temps, il a avoué être conscient que "la fermeture des écoles a des conséquences assez dramatiques pour les enfants, en particulier les plus fragiles". Mais pour le moment, le gouvernement n'a pas l'air du même avis.