Les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud viennent de passer à un niveau supérieur de tension. Après une série de menaces et de provocations verbales, Pyongyang a officiellement annoncé ce samedi qu'il entrait en "état de guerre" contre son voisin du Sud.

Les relations étaient déjà rompues entre les deux voisins depuis que Pyongyang avait coupé la ligne rouge qui reliait leur armée respective. La tension a atteint aujourd'hui un nouveau pallier. Kim Jong-un, qui ne cesse de multiplier les provocations verbales à l'encontre de son voisin et de son allié américain vient de déclarer l'"état de guerre" à son homologue du Sud.

Corée du Nord VS Corée du Sud : guerre déclarée

La situation dans la péninsule coréenne semble avoir atteint un point de non retour. La Corée du Nord est officiellement en "état de guerre" contre le Sud. "A partir de maintenant, les relations inter-coréennes sont en état de guerre et toutes les questions entre les deux Corées seront traitées selon un protocole de temps de guerre" a déclaré Pyongyang dans un communiqué. "La situation prévalant de longue date selon laquelle la péninsule coréenne n'est ni en guerre ni en paix est terminée" poursuit l'agence de presse officielle KCNA. Kim Jong-un tient également à avertir tous ceux qui tenteraient une provocation militaire près de ses frontières. Cela entrainerait "un conflit à grande échelle et une guerre nucléaire".

Une énième provocation pour le Sud

Séoul ne semble pas particulièrement inquiet des énièmes intimidations de Kim Jong-un. "Ce n'est pas vraiment une nouvelle menace - seulement un élément dans une série de menaces de provocation" a indiqué le ministère de l'Unification sud coréenne. Aucun mouvement de troupe n'est pour le moment à constater près de ses frontières.

Les Etats-Unis sur ses gardes
Si les menaces sont loi d'être inhabituelles, les Etats-Unis disent les prendre au "sérieux". Depuis un mois, les provocations nord-coréennes à destination des Américains ont fusé : troisième essai nucléaire, pourtant prohibé par l'ONU, exécuté dans le but d'intimider les States, vidéo propagande à coups de bombardements de la Maison Blanche, et multiples menaces de frappes sur le territoire des Yankees. "Nous prenons ces menaces au sérieux et restons en étroites relations avec notre allié sud-coréen" a déclaré Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil national de sécurité.