Plus de 100 000 manifestants ont défilé à Sao Paulo au Brésil ce jeudi
2 photos
Voir le diapo
La révolte populaire ne plie pas au Brésil, même si le gouvernement est revenu sur sa décision d'augmenter le tarif des transports. Plus d'un million de personnes ont envahi jeudi les rues des grandes villes du pays. Les manifestations ont dégénéré, faisant un mort et des dizaines de blessés.

Depuis le début de la semaine, les manifestations au Brésil mobilisent des centaines de milliers de personnes. Une marée humaine est venue battre le pavé dans plusieurs grandes villes du pays. Un manifestant a trouvé la mort jeudi.

Un mort près de Sao Paulo

Les manifestations au Brésil pour protester contre la hausse du tarif des transports et le coût exorbitant du Mondial de football 2014 sont historiques. Elles ont rassemblé un million de personnes à travers le pays. Les heurts entre policiers et manifestants ont dégénéré dans de nombreuses villes, se transformant parfois en véritable guérilla urbaine et faisant un mort et des dizaines de blessés. Dans l'Etat de Sao Paulo, à Ribeirao Preto, un manifestant de 18 ans a été renversé par une voiture. D'après la presse locale, le véhicule a tenté de contourner un groupe de manifestants qui bloquait la rue et a renversé trois personnes.

Des manifestations monstres à Rio, Brasilia, Sao Paulo...

A Rio de Janeiro, 300 000 personnes ont manifesté dans les rues. Des heurts violents ont éclaté devant la mairie avec les policiers, qui ont tiré gaz lacrymogènes et bal en caoutchouc. A Sao Paulo, ils étaient au moins 110 000 selon la police et à Brasilia, 30 000 à défiler en scandant "Brésil, réveille-toi !". Certains ont même attaqué le ministère des Affaires étrangères, d'où ils se sont faits refouler de justesse par la police.

Les politiques prennent part au mouvement

Sur les réseaux sociaux, les appels à manifester ne faiblissent pas. Certains partis politiques ont décidé de se joindre au cortège. Parmi eux, les Paysans sans terre (MST), l'Union nationale des étudiants (UNE), la Centrale unique des travailleurs (CUT), le Parti des travailleurs (PT gauche, au pouvoir) et le Parti communiste du Brésil (PCdoB) veulent se joindre au mouvement qui rejette depuis le début toute étiquette.

Dans l'actu aussi : Brad Pitt roi de la coolitude : son Yodel complètement WTF avec Jimmy Fallon / Bac éco 2013 : le sujet de maths du lendemain distribué par erreur à Besançon / Facebook - les commentaires photo débarquent : souriez, vous commentez !