Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Accusés d'avoir frappé deux adolecentes, Nehuda et Ricardo ont donné leur version des faits. La jeune maman a démenti les coups et blessures, racontant la soirée avec son point de vue et avouant avoir porté plainte "pour dénonciations calomnieuses".

"Elles cherchent à faire du buzz"

Après avoir été soupçonnés de maltraitance sur leur bébé et avoir été accusés de menaces de morts sur un enfant, Nehuda et Ricardo auraient été violents envers deux fans. Les adolescentes ont raconté que le gagnant de Moundir et les apprentis aventuriers 2 aurait "cogné la tête" de Laurie "contre la table" et "donné un coup de pied dans le tibia" de Lou.

Cette dernière a d'ailleurs précisé à nos confrères de Public : "Nous avons fait constater les coups et blessures par des médecins et plusieurs clients du bar ont accepté de témoigner en notre faveur". Lou a assuré que "l'établissement va fournir les images de vidéosurveillance. A la justice, maintenant, de faire son travail".

Mais le magazine people a aussi recueilli le témoignage de Nehuda. Et elle a balancé que les deux fans "cherchent à faire du buzz". D'après l'ex candidate des Anges 8, "elles n'ont cessé de nous filmer avec leurs smartphones" et le ton serait ensuite monté lorsque une amie de Nehuda leur aurait demandé d'arrêter d'importuner le couple.

"Ricardo n'a rien fait"

La maman de Laïa a ensuite détaillé sa version des faits, expliquant que c'est Lou qui lui aurait "donné un coup de pied". "Je l'ai simplement repoussée, ma main sur son visage, mais il n'y a pas eu de coups ou de gifles" a même ajouté Nehuda. Et son chéri "n'a rien fait", il n'aurait pas violenté les deux adolescentes. "C'est faux. Ricardo est resté assis. Il n'a pas bougé" a-t-elle affirmé.

"Nous avons déposé plainte pour dénonciations calomnieuses et nous avons demandé les images de vidéosurveillance de l'établissement" a aussi indiqué celle qui voulait être chanteuse, "J'ai supplié le bar pour qu'ils en diffusent les extraits sur les réseaux sociaux et montrent que nous ne sommes pas les monstres que ces jeunes filles décrivent".

News
essentielles
sur le
même thème