Jérôme Niel en interview pour PureBreak
Jérôme Niel en interview pour PureBreak
Salut bande de salopes, aujourd'hui on va vous faire décrouvrir une interview. Mais pas n'importe quelle interview, celle de Jérôme Niel pour la sortie de son DVD Les Tutos ce mercredi 7 octobre. Pour ça il vous faut : un ordi, des yeux et un cure-dent (le cure-dent n'est pas obligatoire). Rencontre et tablettes de chocolats, il vous aime putain.

"Je pense que je suis un gros râleur"

Obelix est tombé dans la potion magique quand il était petit. C'était pareil pour toi avec l'humour ?
Jérôme Niel : Sans doute, je ne sais pas. Quand j'étais petit, je faisais des grimaces, l'humour en restait ici. Mais assez jeune, j'ai eu envie de faire des conneries, d'être rigolo. C'est venu tout seul, sans que je sache trop comment.

Si Internet n'avait jamais existé, vers quel métier te serais-tu tourné ?
A mon avis dans le social. Peut-être directeur de colo, ça m'aurait plu. Je me dis que ça peut être bonne ambiance de chercher des jeux à faire. Ou dans la pub. Trouver des idées pour une bonne pub, c'est quelque chose que j'aime bien aussi.

Tu as commencé en parodiant des émissions de télé-réalité en 2010. Portes-tu toujours le même regard sur ce type de programme ?
Oui, mais les gens font ce qu'il veulent. Ils ont 18-20 ans, c'est leur choix, mais le mien est tout autre. Je n'ai pas envie de partir en dépression, je préfère m'occuper à autre chose comme me consacrer à la création de ma propre réussite on va dire, pas sur du vide intersidéral.

D'où t'es venue ton idée des Tutos ?
A l'époque, il y avait pas mal de tutoriels féminins et je trouvais ça assez rigolo d'imaginer un mec énervé qui explique des choses à des femmes.

Ressembles-tu à ce personnage ?
Il y a un peu de moi dans Les Tutos oui, il faut me connaître un peu plus pour le savoir. Je pense que je suis un gros râleur, mais dans Les Tutos le curseur est poussé à +50. J'aime bien jouer sur cette bipolarité ou cette schizophrénie.

T'es-tu déjà blessé sur le tournage des Tutos ?
Oui, mais jamais gravement. J'ai déjà eu des bleus. Quand je donne un coup de tête dans un grille pain, après j'ai un vrai bleu tout le reste de la journée.

Qu'est-ce que ça fait d'ouvrir un programme court sur Canal + en clair par "Salut bande de salopes" ?
Ça me fait kiffer grave. Je ne savais pas si c'était encore possible aujourd'hui, mais il s'avère que si. Je l'ai prouvé et je vous emmerde (rires).

Maintenant que Les Tutos sont terminés, as-tu des regrets ? Des idées que tu n'as pas pu réaliser par exemple, mais que tu aurais voulu intégrer.

Il y a toujours des trucs que l'on n'a pas pu faire, mais je trouve que l'on a eu un beau début et une belle fin. Le dernier épisode me tenait à coeur. J'y ai mis pas mal de tripes donc je suis très content et très fier. Je préfère ne pas rester trop longtemps sur la même chose, je trouve que c'est bien de changer. Ça ne veut pas dire que je ne ferais plus jamais Les Tutos, mais pour le moment, je suis passé à autre chose. Mais s'il y a une chose que je regrette, c'est de ne pas avoir eu Jean-Claude Van Damme dans le dernier épisode. C'était un rêve que j'avais un peu effleuré. On a vraiment essayé de l'avoir, mais il était en Asie.

"Quand je vois les affiches de Norman, aussi celles de Mister V et Hugo, ça m'excite"

En ce moment, on te vois sur Canal + avec Speakerine. Comment est née cette idée ?
Quand on a proposé Les Tutos, Axel Maliverney - avec qui je bosse - s'est dit que le personnage pourrait aussi être cool en Speakerine. Donc on avait proposé cette idée avec le personnage des Tutos et Les Tutos. Finalement, Canal + a choisi Les Tutos. Et cette année quand on nous a demandé ce que l'on avait d'autre, on a repris Speakerine. Mais je trouvais que l'on n'avait pas nécessairement besoin du personnage des Tutos, je pensais qu'il valait mieux le laisser où il était pour le moment. Surtout que Speakerine c'est tous les jours, donc il aurait pu soûler les téléspectateurs. Du coup, je suis parti sur un truc plus classique avec des scénettes, ce qui peut me permettre de jouer plusieurs personnages. C'était plus intéressant pour moi aussi.

Ce n'était pas trop difficile de passer d'un programme hebdomadaire à une quotidienne ?
Ça change, c'est une nouvelle manière de travailler. Mais c'est cool, c'est un beau challenge. Ça a plutôt bien commencé donc maintenant, il va falloir tenir sur la distance.

Tu en fais quoi de toutes tes pancartes ?
Pour le moment, on les entasse dans une grande pièce. On les garde parce qu'on peut les récupérer. Peut-être que je mettrais celle de Bernard Minet dans mes chiottes à la fin de l'année.

Tu n'es pas trop déçu de voir certains fans réclamer Les Tutos et ne pas laisser une chance à cette idée ?
Non c'est normal, ça veut dire que j'ai fait un truc bien. Puis il faut toujours laisser le temps au temps. La ça commence à aller, le nombre de râleurs diminue. Mais je peux comprendre, c'est par amour qu'ils disent ça. Speakerine a quand même rencontré son public.

La coupe et la moustache que tu avais dans Les Tutos ne te manquent pas trop ?
Ça ne me manque pas, mais c'est de la nostalgie.

Entre le Groom, ton personnage dans Les Tutos et celui dans Speakerine, lequel préfères-tu jouer ?
Celui des Tutos parce que j'adore les personnages énervés. Mais le truc cool avec Speakerine c'est que j'en fais plein d'autres. Pour un comédien, je pense que c'est mieux de jouer plein de profils.

Pas déçu de ne pas avoir été choisi pour présenter la météo ?
Non, je pense qu'Alison et Poulpe font ça à merveille. C'est très drôle et le fait de le faire à deux, ça ouvre des possibilités de fou. Mister météo pourquoi pas mais j'ai mon Speakerine, donc il n'y a pas de soucis. Je ne vais pas faire deux trucs quotidien.

Et dans le futur ?
C'est quelque chose que j'avais envisagé avant d'arriver sur Canal. Mais je suis parti sur des programmes courts, des magnétos, et j'aime vraiment cette manière de travailler. C'est à dire écrire chez soi, faire son truc dans le studio et donner le programme finit. J'aime bien le plateau aussi, c'est une adrénaline de fou, mais pour l'instant je suis bien là-dedans.

Tu as conquis le monde du Net, celui de la télévision, là tu débarques en DVD. Quelle est la prochaine étape ?
Le kayak. Ça fait deux ans que je m'entraîne et je peux te dire que ce n'est pas évident. Et après ça, travailler avec d'autres personnes. Continuer à jouer de la fiction que ce soit à la télé dans un téléfilm, une série, ou alors au cinéma. Faire de nouvelles rencontres, travailler avec de nouvelles équipes, j'adore ça.

Si tu devais tourner un film pour le cinéma, quel registre privilégierais tu ?
La comédie, vu que c'est un peu plus mon domaine de prédilection. Mais je ne suis fermé à rien.

Faire un One Man Show comme Norman, ça t'intéresserais ?
Quand je vois les affiches de Norman, aussi celles de Mister V et Hugo, ça m'excite, mais je pense que j'ai d'autres "priorités". Ça prend du temps d'écrire et j'écris déjà pas mal pour autre chose. Je le garde dans un coin de ma tête on va dire.

Pour finir, que dirais-tu à tes fans pour qu'ils achètent le DVD des Tutos ?
Sachez déjà que si vous êtes malins vous pouvez le voler, mais ce n'est pas moi qui irait vous chercher au commissariat. Faites attention aux détecteurs quand même. Je dirais aussi qu'il y a 1h10 d'images que vous n'avez jamais vu. On a vraiment fait ce DVD pour les fans. J'espère que ceux qui le verront trouveront ça cool.

Propos recueillis par Atika Nasri. Contenu exclusif. Ne pas mentionner sans citer Purebreak.com

La Ferme Jérôme
La grande classe : Jérôme Niel et Ludovik retournent au collège sur Netflix
Jérôme Niel : après les Tutos et Speakerine, il revient avec Balek, un show TV déjanté !
Jérôme Niel et Adrien Ménielle bluffants dans un court-métrage touchant
Jérôme Niel au doublage d'un court-métrage d'animation touchant
voir toutes les news de La Ferme Jérôme Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème