Covid-19 : un pêcheur prouve que les gens jettent leurs masques n'importe où, et c'est une vraie cata écologique
Covid-19 : un pêcheur prouve que les gens jettent leurs masques n'importe où, et c'est une vraie cata écologique
Carmen Barrera, un pêcheur des îles Canaries, a démontré à quel point les gens jettent leurs masques n'importe où. Depuis la pandémie de Covid-19, il a vu les déchets en plastique se multiplier dans l'eau. En plus de pêcher des poissons, il se retrouve avec des masques et des gants en plastique. Sauf que le coronavirus ne doit pas être une excuse pour balancer des déchets partout, sinon on court à une catastrophe écologique déjà bien entamée.

Un pêcheur "inquiet" pour la planète

Comme vous le savez certainement, la crise du coronavirus signe le grand retour du plastique. La terrible pandémie est en effet en train d'aggraver la situation écologique. C'est ce qu'a témoigné Carmen Barrera, un pêcheur, au Financial Times. Depuis sa maison à Tenerife, dans les îles Canaries, il a expliqué au prestigieux magazine britannique pêcher depuis plus de 10 ans. Mais depuis quelques mois, avec la pandémie du Covid-19, il a remarqué qu'il y a de plus en plus de déchets dans l'eau, comme les gants en plastique et les masques.

Mal jeter son masque peut non seulement mettre les gens en danger mais a aussi un impact catastrophique sur l'environnement. Trop de personnes ont tendance à encore jeter tout et n'importe quoi dans la rue ou dans la mer. Et depuis le coronavirus et les masques, c'est donc encre pire.

"Cela m'inquiète beaucoup" a confié Carmen Barrera, "Dès le premier instant où les gens ont commencé à porter des gants et des masques, nous avons aussi commencé à les voir en mer". Le pêcheur a affirmé que "le problème réside dans la façon dont les gens utilisent et éliminent leurs déchets".

3 fois plus de plastique dans 20 ans ?

En plus des chiffres flippants que PRBK avait dévoilé pour la journée de l'environnement (le 5 juin 2020), le témoignage déprimant de ce pêcheur a de quoi alerter. Sian Sutherland, cofondateur de l'organisation A Plastic Planet a d'ailleurs précisé, toujours dans le Financial Times, que "l'EPI (Equipement de Protection Individuelle pour les soignants notamment pendant la pandémie, ndlr) est le sommet d'une montagne de déchets plastiques toxiques que nous ignorons depuis des années". Les dégâts seraient donc encore plus grands que ce qu'on imagine...

Une étude System IQ publiée ce jeudi 23 juillet 2020 ajoute encore plus d'inquiétudes. Elle révèle que la présence de plastique dans les océans va presque tripler d'ici 2040. Dans à peine 20 ans, il devrait donc y avoir 3 fois plus de plastique dans l'eau, c'est-à-dire 29 millions de tonnes de plastique par an. Alors pour stopper cette prévision, il va falloir que les gens soient plus attentifs en jetant leurs masques et leurs déchets en général, et que les gouvernements trouvent des solutions plus rapides contre la pollution.

News
essentielles
sur le
même thème