Si Bubblies vous est probablement inconnu à ce jour, ce groupe de rock toulousain est pourtant en train de faire actuellement le buzz. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas grâce à un clip mémorable ou à un tube cultissime que les musiciens font parler d'eux... mais parce que l'éditeur de Candy Crush veut les faire changer de nom. Rien que ça.

Un nom de scène en danger

L'une des choses les plus difficiles lorsque l'on est un artiste, ce n'est pas d'avoir du talent, mais de trouver un nom de scène original. Et si certains ont plus de mal que d'autres à en être fiers (P. Diddy ou Puff Daddy ou encore Diddy en est le parfait exemple, tout comme Snoop Lion), le groupe de musique Bubblies a toujours revendiqué le sien, depuis sa création dans les années 90.

King, à l'attaque des musiciens

Le problème, c'est que si les musiciens aiment leur nom et ne comptent pas le changer, le studio vidéo-ludique King pourrait les forcer à se trouver autre chose. La raison ? L'éditeur de Candy Crush reproche aux français d'avoir choisi un nom de scène semblable à l'une de leurs créations. D'après le studio, Bubblies serait en effet trop proche de... Bubble Witch. Oui, même bourré, on n'est pas sûr de confondre les deux.

Mais ce n'est pas tout, la marque avançant également un autre argument légitimant la procédure juridique lancée : Bubblies est aussi derrière la création de mini-jeux vidéo, servant à promouvoir leurs albums. Traduction ? Cela pourrait – selon-elle, potentiellement perturber le public... Crédible comme attaque ? Pas vraiment, Bubblies créant des jeux depuis 2001, quand King n'existe que depuis 2003.

Le groupe se défend

Alors forcément, une telle menace ne fait pas du tout plaisir à Bubblies, qui a tenu à se défendre sur les réseaux sociaux, déclarant : "Nous allons avoir besoin de vous tous pour ne pas laisser une fois de plus une grosse multinationale ( valorisée a 7.5 milliards d'euros en bourse ) s'essuyer les pied sur un petit groupe de rock . (...) Montrons tous ensembles, a ces voleurs qui se croient tout permis , que leur millions sont plus faibles que nos idées !!!"

Et si on ne sait pas qui ressortira gagnant d'un tel combat, il faut savoir que King s'est déjà pris un beau vent par le passé, en souhaitant copyrighter le mot "Candy" afin d'interdire son utilisation par les différents éditeurs de jeux vidéo. Un espoir pour Bubblies ? On croise les doigts.

News
essentielles
sur le
même thème