King, société qui développe et édite le jeu Candy Crush, rêve de grandes choses. Sa dernière lubie : intégrer la bourse de New-York. Et vu l'engouement pour sa célèbre application mobile qui a rendu accro la planète entière, ses actions devraient avoir du succès.

King, société qui développe et édite Candy Crush, a la folie des grandeurs. Et elle a de quoi. Son application phare - dont l'addiction fait trembler les experts - lui rapporte pas moins de 500 000 dollars de recettes chaque jour. La firme a ainsi récemment déposé le mot "Candy" - en somme assez commun dans la langue de Shakespeare - pour s'en assurer le monopole. Prochaine étape de son grand dessein : investir la bourse.

Candy Crush s'installe en bourse

King Digital Entertainment a annoncé mardi 18 février avoir remis une demande auprès de l'autorité boursière américaine afin d'entrer sur le NYSE (New York Stock Exchange). A titre d'exemple, il s'agit du même marché qu'a investi Twitter en novembre 2013. Grâce à cette introduction dans la bourse new-yorkaise, l'éditeur espère soulever 500 millions d'euros de l'achat des actions, qui devraient sans nul doute s'écouler à vitesse grand V.

Une entrée dangereuse ?

L'arrivée d'investisseurs devrait permettre à de nouveaux projets de voir le jour. C'est en tout cas ce qui est souhaité pour King. Malgré son catalogue de 180 jeux, la société ne doit sa renommée essentiellement qu'à Candy Crush. C'est donc dans son intérêt de proposer des produits inédits afin notamment de ne pas connaître le même destin funeste que Zynga qui connaît une véritable descente aux enfers depuis son entrée en bourse.

A lire aussi : Gardiens de la Galaxie : première bande-annonce pour Star-Lord et sa team

News
essentielles
sur le
même thème