Nouvelles interpellations dans l'affaire Merah
Nouvelles interpellations dans l'affaire Merah
En mars 2012, Mohamed Merah assassinait sept personnes à Toulouse. Un an après ces meurtres, la police peine à trouver les complices du terroriste, mort le 22 mars de l'année dernière après une opération du Raid. Mais l'affaire pourrait bien être relancée. Hier soir à Toulouse, la police a procédé à deux nouvelles interpellations. Et ce matin, un troisième a été placé en garde à vue.

"La fameuse thèse du loup solitaire ne tient pas pour Merah". En janvier dernier, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, affirmait que des personnes avaient forcément aidé, d'une manière ou d'une autre, Mohamed Merah. A la recherche de ces possibles complices, la police a interpellé trois personnes, hier et aujourd'hui à Toulouse et à Castres.

Nouvelles interpellations

Ce mardi 26 mars à Toulouse, peu avant 21h, deux personnes ont été interpellées dans le cadre de l'affaire Merah. Et ce mercredi matin, à Castres, un homme, militaire d'une trentaine d'années qui connaissait Merah selon l'AFP, a également été arrêté. Ces opérations interviennent quelques semaines après la "semaine du souvenir", en hommage aux victimes du terroriste.

Une enquête qui piétine

Ces interpellations vont-elles relancer l'affaire Merah ? Depuis le début de l'enquête, cinq personnes interpellées pour une éventuelle complicité, ont été relâchées après leurs gardes à vue. Seul Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, a pour l'instant été mis en examen.

Et sinon, dans l'actu : les Français ont le moral dans les chaussettes / La Corée du Nord menace (encore) les Etats-Unis / Sida : bientôt des auto-tests en pharmacie ?