Setting Captives Free, l'appli pour "soigner" l'homosexualité, n'a toujours pas été retiré du Google Play Store
Setting Captives Free, l'appli pour "soigner" l'homosexualité, n'a toujours pas été retiré du Google Play Store
L'application mobile "Setting Captives Free" se propose de libérer en 60 jours les personnes prisonnières de leurs addictions : alcool, drogues, sexe... et homosexualité. Une pétition, qui réunit déjà plus de 90 000 signatures, demande le retrait de l'appli de l'Appstore et de Google Play. Si Apple s'est déjà exécuté, l'appli polémique n'a toujours pas été retirée par Google.

Si le mariage entre deux personnes de même sexe est désormais autorisé en France (les premiers mariés gays français ont célébré leur union la semaine dernière) et des tas d'autres pays, certaines organisations continuent de prôner un message homophobe, jugeant l'homosexualité comme une maladie. C'est le cas de "Setting Captives Free" (Libérer les captifs), un rassemblement de chrétiens américains, qui vient de lancer sa propre application mobile.

Une appli pour "soigner" l'homosexualité

L'appli du même nom "Setting Captives Free" propose une série de cours intéractifs sur 60 jours pour en finir avec ses addictions. Parmi celles traitées par l'organisation, on trouve l'alcool, la drogue, le sexe... et l'homosexualité. "Contrairement à ce qu'on vous a dit, il n'y a pas de ''gène homosexuel'' et vous n'êtes pas nés comme cela. Vous pouvez être libérés des chaînes de l'homosexualité par le pouvoir de Jésus Christ et de la croix" assure le groupement de cathos, Bible à l'appui.

Retrait d'Apple mais pas de Google

L'application n'a pas tardé à faire polémique. Une pétition a été lancée par l'association de défense des homosexuels, All Out. Elle dénonce "des traitements qui représentent un danger terrible pour les lesbiennes, gays, bis, trans ainsi que celles et ceux qui doivent nier ce qu'ils sont ou ceux qu'ils aiment". Elle a déjà rassemblé plus de 90 000 singatures. Apple l'a donc retirée de sa plateforme mais elle reste disponible sur le Google Play Store. Contacté par 20minutes, Google n'a pas souhaité s'exprimer.

Dans l'actu aussi : Roland-Garros : Pierre-Etienne Léonard, le "commentateur fou", génie du web / Un père appelle son fils Adolf Hilter et demande un droit de visite en uniforme nazi