3 photos
Voir le diapo
Les matchs de Roland-Garros ne sont pas seulement diffusés sur les chaînes de France Télévisions. La compétition est aussi retransmise sur internet, les rencontres, en général moins glorieuses, commentées par Pierre-Etienne Léonard. L'occasion pour le commentateur de se lâcher en direct. Malheureusement (ou heureusement) pour lui, Le Petit Journal de Yann Barthès l'a grillé dans ses oeuvres. Tout simplement culte.

Entre les gâteaux d'anniversaire géants qui envahissent la terre battue ou encore les adeptes de la raquette qui sortent leur smartphone pour contester une faute, Roland-Garros 2013 nous a déjà réservé quelques séquences mémorables. Et pas seulement sur le court central. Le Petit Journal de Yann Barthès s'est intéressé aux petites rencontres diffusées par France Télévisions sur la toile. Et dans son enquête, l'émission s'est attardée sur un match animé par le commentateur sportif le plus fou du PAF : Pierre-Etienne Léonard.

Commenter n'est pas jouer

Et pour cause, conscient de ne rameuter que très peu de personnes sur le web, contrairement aux matchs retransmis sur les chaînes publiques, ce dernier se lâche et commente "comme à la maison". "Une rencontre interminable [...] Messieurs, ce serait bien de conclure quand même [...] La journée ne s'achève pas grâce à ses deux hommes... Ou à cause, c'est selon" se permet notamment de lancer le journaliste après trois longues heures de jeu.

Seul au monde

Oubliez donc le chauvinisme de Lionel Chamoulaud et Arnaud Boetsch, Pierre-Etienne Léonard évolue sans filet, délivrant un festival de phrases cultes. "Jolie coupe de cheveux, la couleur est essentielle... bi-colore ! C'est pas un malabar..." commente-t-il le physique d'une personne du public, avant de se laisser envahir par l'euphorie quasi inexistante d'un set. : "Et ça va sortiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir ! Whouuuuuu ! ". Sur Twitter et Facebook, l'homme est devenu le génie du jour. On approuve.

Retrouvez cette vidéo hilarante du Petit Journal dans notre diaporama.

A lire aussi : Mikhail Youzhny pète les plombs et massacre sa raquette à Roland Garros 2013 / Roland Garros 2013, terre des cocus : jeu, set et... maîtresse !