Gary Oldman n'a pas peur des reboots et des remakes. Après avoir joué dans le trilogie Batman de Christopher Nolan, l'acteur britannique a accepté d'incarner le docteur Norton dans le RoboCop de José Padilha. De passage à Paris pour la promo du film, il a répondu aux questions de PureBreak. Avec autant de classe et d'élégance que sur grand écran.

Ce mercredi 5 février 2014, RoboCop revient au cinéma. Au programme : de l'action, une nouvelle armure et un casting 4 étoiles. Dans ce blockbuster politique signé José Padilha, l'excellent Gary Oldman interprète ainsi le docteur Norton, le créateur de RoboCop. L'acteur, connu (entre autres) pour ses rôles dans Léon, Le Cinquième Elément, Harry Potter ou encore The Dark Knight Rises, s'est confié à PureBreak sur sa vision du justicier robot.

RoboCop est un film culte. Vous vous rappelez de la sortie de l'original ?

Je n'étais plus un gamin. J'avais presque 30 ans quand j'ai vu l'original. Je me rappelle que son visage m'avait un peu effrayé. Oui, son visage m'avait en quelque sorte fasciné. Sa voix aussi... Mais je suis sûr qu'ils avaient dû s'inspirer du Frankenstein de Mary Shelley. C'était comme la version robot de l'histoire de Frankenstein.

Qu'est-ce qui vous a intéressé dans l'idée d'un remake ?

Ce qui m'a intéressé, c'est que selon moi, cela avait vraiment un sens de faire un remake. Parfois, on se demande pourquoi certains remakes sont réalisés. Là, c'est différent. Le premier RoboCop était un film de science-fiction. Mais depuis, la technologie a tellement évolué que c'est presque devenu de la science réelle. C'est un monde auquel on peut davantage s'identifier. Qui aurait pu imaginer les membres artificiels ? Les drones ? Les écrans tactiles ?

C'est donc l'aspect politique du film qui vous a attiré ?

Oui. J'ai été attiré par la vision de José. J'ai toujours trouvé ça intéressant quand des réalisateurs apportent leur propre culture à la Pop Culture. C'est comme quand Paul Verhoeven a réalisé le premier RoboCop. C'était un peu un outsider, quelqu'un de non-conformiste. José a le même genre de qualités. C'est un Brésilien qui s'approprie l'histoire, qui arrive dans la Pop Culture américaine. Tomas Alfredson qui réalise La Taupe, Alfonso Cuaron qui réalise Harry Potter... ces gens-là regardent les choses depuis leur propre prison.

Pour votre performance dans le film, il fallait de l'alchimie avec Joel Kinnaman. Et il a confié garder un grand souvenir de votre scène ensemble, quand RoboCop découvre ce qu'il reste de son corps...

Je me suis très bien entendu avec lui dès le début. Et je sais pourquoi il se rappelle de cette scène en particulier. C'est une scène intense, entre deux acteurs. Il n'y a pas de miroir, il ne regarde pas son reflet. Il est debout, en jean et en t-shirt. Je regarde Joel en jean. Et pendant ce temps-là, José nous dit, 'maintenant la machine se met à bouger, on voit les bras, les poumons'. Il nous décrit les choses. C'était une scène mémorable à tourner parce que c'était nous et notre imagination.

L'annonce d'un remake de RoboCop a fait réagir les fans de l'original. Alors, qui sont les fans les plus intenses ? Ceux de RoboCop, ceux de Batman ou ceux d'Harry Potter ?

C'est une question difficile ! Il y a des fans vraiment passionnés d'Harry Potter, et ceux de Batman... Mais je ne prête pas attention à ces choses-là. On ne fait pas ce genre de films en se demandant, 'Oh mon Dieu, mais que vont dire les fans ?' Tant que l'oeuvre originale est respectée, il n'y a pas de raison que les fans soient mécontents.

Propos recueillis par Charlotte Vaccaro. Contenu exclusif. Ne pas reprendre sans citer PureBreak.com.

Gary Oldman
RoboCop - Gary Oldman : "RoboCop n'est plus de la science-fiction" (INTERVIEW)
RoboCop : José Padilha réinvente le héros culte (CRITIQUE)
RoboCop : un nouveau remake au cinéma le 5 février
L'Aube de la Planète des Singes : Gary Oldman face aux chimpanzés ?
voir toutes les news de Gary Oldman Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème