PETA : sa nouvelle campagne vidéo sanglante avec Christine Berrou et des moutons mutilés pour dénoncer l'horreur de l'industrie de la laine (exclu)
Attention, les images sont choquantes. PETA a dévoilé en exclusivité à PRBK sa nouvelle campagne vidéo avec l'humoriste Christine Berrou. L'association de défense des animaux dévoile ainsi les images sanglantes de moutons et d'agneaux mutilés pour leur laine. Une vidéo pour rappeler aux Français la cruauté animale qui se peut malheureusement se cacher derrière nos pulls, écharpes ou encore de gants en laine.

PETA dévoile comment les moutons sont traités pour l'industrie de la laine

En exclusivité pour PRBK, PETA a dévoilé sa nouvelle campagne vidéo avec l'humoriste et chroniqueuse Christine Berrou. Celle qui s'est fait connaître avec le Jamel Comedy Club y incarne une agnelle et décrit les conditions de vie absolument terribles dans l'industrie de la laine. Une industrie "cruelle et sanglante", dont le grand public n'a pas encore complètement conscience. Maintenant que les gens sont au courant des horreurs que subissent les animaux pour leur fourrure (beaucoup de marques de mode ayant d'ailleurs stoppé la fourrure) ou encore pour le cuir (PETA avait fait parler avec sa campagne #behindtheleather) découvrez la maltraitance dont sont victimes les moutons et les agneaux pour leur laine.

La cruauté animale règne malheureusement dans les exploitations lainières, en Australie notamment (l'un des plus gros producteurs de laine au monde). Les moutons et les agneaux y sont maltraités, frappés à coups de poings et coups de pieds, mutilés, battus avec des tondeuses coupantes... Tout ça pour des pulls, des écharpes, des gants, des plaids ou encore des couvertures qui sont vendus notamment ici, en France. Car la majorité de la laine vendue en France vient d'Australie. C'est donc un problème qui nous concerne directement, nous consommateurs français.

Le message de PETA est donc simple : n'achetez pas de laine. Privilégiez des vêtements chauds et du linge de maison dans une autre matière, non animale. Car si vous achetez de la laine, alors vous cautionnez d'une certaine façon les horreurs que subissent les moutons et les agneaux.

"En France, 16% des agneaux n'atteignent pas l'âge adulte"

Le site de PETA France rappelle aussi que quand "les agneaux ne sont âgés que de quelques semaines, leurs oreilles sont perforées, certains d'entre eux ont leur queue coupée et les mâles sont castrés. Les éleveurs utilisent des élastiques ou des pinces pour couper ces parties du corps, la plupart du temps sans anesthésie".

Dès le début de leur vie, ces animaux sont donc maltraités. Et les chiffres font froid dans le dos : "des centaines de milliers d'agneaux meurent de froid ou de faim avant l'âge de 8 semaines" dans le monde "et en France, 16% des agneaux en moyenne n'atteignent pas l'âge adulte". Mais "ceux qui survivent ne sont guère plus chanceux".

Le "mulesing", technique abominable de nombreux éleveurs qui consiste à mutiler les moutons vivants

PETA avait aussi prévenu sur "la pratique très répandue du 'mulesing' en Australie". Le principe de cette technique choquante ? "Les éleveurs mutilent les moutons en leur coupant de gros morceaux de peau et de chair" dans le but de "contrôler les infestations de mouches (un problème de santé qui survient lorsque les mouches pondent des oeufs dans la peau des moutons)". Sauf que "cet horrible procédé se révèle parfaitement inefficace", en plus d'être abominable.

Pour que vous compreniez mieux, sachez que "les travailleurs sont généralement payés au volume, et non à l'heure, ce qui les encourage à travailler le plus rapidement possible", ils tondent ainsi "200 moutons par jour". Une tonte qui est donc rapide mais surtout douloureuse pour les moutons et les agneaux car ils sont manipulés "sans ménagement" et subissent "des blessures très fréquentes". Pire, "les moutons sont souvent privés de nourriture et d'eau pendant 24 heures avant d'être tondus, afin qu'ils opposent le moins de résistance possible". Certaines marques comme Zara, Gap et Uniqlo ont indiqué être contre le mulesing mais n'ont pas précisé si elles avaient pris la décision d'arrêter de produire des vêtements contenant de la laine venant d'Australie.

News
essentielles
sur le
même thème