S'il n'est pape que depuis quelques semaines, François 1er est déjà très populaire et parvient à rassembler croyants et non-croyants. Sa simplicité et sa proximité avec les fidèles en font la super-star des papes. Pour Pâques, le nouveau pape a encore étonné. Tutoiements, non port de la croix de bois et surtout messages de paix ont séduit tout le monde.

S'il n'est à la tête du Saint-Siège que depuis quelques semaines, il est déjà adoré de tous, croyants ou non. Près de 250 000 fidèles étaient venus se presser sur la place Saint-Pierre écouter les saintes paroles du souverain pontif. Et pour Pâques, le pape François a encore détonné. Après avoir lavé les pieds des détenus (et détenuEs), il s'est profondément démarqué de son prédécesseur en tutoyant ses fidèles sur Twitter et en "saluant l'amitié de nos frères musulmans". Exit également la croix en bois autour du cou...

Un pape proche de ses fidèles

Le pape François ne cesse de nous surprendre. Ses bains de foule répétés contrastent grandement avec le style austère et discret de son prédecesseur Benoît XVI. En préférant se faire appeler "évêque de Rome" plutôt que pape, François affirme sa proximité avec ses fidèles et accroît dans le même temps sa côte de popularité auprès des croyants et non croyants. Pendant la veillée pascale, il n'a d'ailleurs pas hésité à tutoyer ses fidèles. Il a réitéré le tutoiement sur Twitter (@pontifex ), réseau sur lequel il a déjà près de 4 millions de followers : "Accepte Jésus Ressuscité dans ta vie. Même si tu t'es éloigné, fais un petit pas vers lui : il t'attend à bras ouverts".

Un pape moderne qui détonne ?

Les fastes du Vatican ? Non merci pas pour lui. François 1er est un pape "normal" à l'image d'un autre François. Lors de son premier Angélus, il s'était fait remarquer par ses blagounettes. En lavant les pieds de deux jeunes musulmans (fille et garçon) à la prison de Casal Del Marmo, il avait déjà étonné. Il en a profité pour saluer "l'amitié de tant de nos frères musulmans" au Moyen-Orient. Ce message intervient alors même que six ans plus tôt Benoît XVI s'était acharné sur le prophète Mahomet, précisant qu'il n'avait apporté que "des choses mauvaises et inhumaines en ce monde". Encore un bon point pour François, qui éclipse petit à petit son prédécesseur.
News
essentielles
sur le
même thème