MIss : 3 bonnes raisons de voir le film avec Alex Wetter
Ce mercredi 21 octobre 2020 est sorti Miss au cinéma. Le pitch ? Un petit garçon, Alex, qui rêve de devenir Miss France. Un film porté par le talentueux Alexandre Wetter, mannequin androgyne devenu acteur. Voici 3 bonnes raisons d'aller voir le nouveau film de Ruben Alves.

Un casting incroyable

Vous ne connaissez peut-être pas encore Alexandre Wetter, mais bientôt ce sera la coqueluche du cinéma français. Véritable acteur né, Alex Wetter s'était fait un nom dans le milieu de la mode et de la haute couture en tant que mannequin androgyne. Podiums pendant la Paris Fashion Week, cover de magazines... Il a même réalisé l'un de ses rêves en défilant pour la collection Palace (printemps-été 2016) de Jean-Paul Gaultier. L'artiste touche-à-tout a ensuite pris le chemin des studios de tournage, enchaînant les publicités pour la télévision avant d'être choisi comme acteur dans des petits rôles pour Rouge Sang Sur France 2 avec Sandrine Bonnaire ou encore la série Versailles sur Canal+. Avec le film Miss, il tient ici son premier grand rôle sur grand écran. Tour à tour émouvant et drôle, son talent face caméra lui a même fait décrocher un rôle à l'international, dans le show Emily in Paris sur Netflix.

Le reste du casting de Miss est composé d'acteurs de renom au talent indiscutable, allant d'Isabelle Nanty (Les Visiteurs, Les Tuche, Les Profs) à Pascale Arbillot (Les petits mouchoirs, Nous finirons ensemble, Balle Perdue), en passant par Thibault de Montalembert et Stéfi Celma (notamment vus dans la série Dix pour cent sur France 2 et Netflix) ou encore l'inclassable et l'inégalable Amanda Lear.

Une histoire touchante

L'histoire de Miss est celle d'un petit garçon de 9 ans qui rêve de devenir Miss France. Il dissimule le fait d'être un homme pour se présenter à l'élection. Entre épreuves de la vie et quête d'identité, Alex va prouver qu'il faut croire en soi et rester fort face à l'adversité pour pouvoir réaliser ses rêves les plus fous. Et surtout, rester soi-même. Un beau message universel.

Une réalisation impeccable

Derrière la caméra, on retrouve Ruben Alves. Le cinéaste s'était fait connaître avec La cage dorée, un film sur une famille d'immigrés portugais qui avait été nommé meilleur premier film aux César et récompensé du prix du public au festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez, ainsi que du prix du public à la cérémonie des prix du cinéma européen.

Une fois de plus, sa réalisation juste et toute en délicatesse a touché les téléspectateurs. Projeté (hors compétition) à l'issue de la cérémonie de clôture de la 23ème édition du Festival de l'Alpe d'Huez, le film avait eu droit à une standing-ovation de plus de 10 minutes.