2 photos
Voir le diapo
C'est officiel, Hajime Isayama vient de boucler L'Attaque des Titans. Cependant, ne comptez pas sur les scans illégaux pour découvrir la fin des aventures de Mikasa, Eren & Cie qui sera publiée en avril. Kodansha (l'éditeur du manga) l'a annoncé, il vient d'augmenter ses actions contre le piratage.

Hajime Isayama a terminé L'Attaque des Titans

La date est connue de tous les fans : c'est le 9 avril 2021 que Hajime Isayama dévoilera le dernier chapitre de L'Attaque des Titans dans le Bessatsu Shônen Magazine au Japon (et sur Pika Edition en simultrad en France). La fin d'une aventure qui approche à grands pas pour les lecteurs, mais également pour le mangaka qui a déjà officiellement terminé son histoire.

Ce mardi 30 mars, Kodansha (l'éditeur du manga) a en effet annoncé que Hajime Isayama lui avait remis "le manuscrit final de l'Attaque des Titans, le jour de l'anniversaire d'Eren". Un manuscrit historique qui va désormais devoir être relu et corrigé, avant d'être remis au propre, mais qui acte donc le début de la fin d'une histoire qui a débuté il y a 11 ans et 7 mois. Et clairement, on n'est toujours pas prêt...

Kodansha s'attaque aux scans illégaux

Par ailleurs, conscient que le chapitre final de Shingeki no Kyojin est attendu par des millions de fans à travers le monde et se retrouve déjà au centre de toutes les attentions, Kodansha a souhaité faire passer un message très important auprès du public : aucun piratage ne sera toléré.

Afin de respecter "le travail acharné" de Hajime Isayama et ne pas se faire voler des années d'investissements, l'éditeur a révélé être passé à l'offensif et être désormais prêt à attaquer absolument partout, "Concernant les mises en ligne illégales et les fuites sur l'Attaque des Titans, sachez que nous avons déjà commencé à entreprendre des procédures judiciaires à l'encontre de certains comptes et individus. Nous prendrons des mesures contre toutes formes de mises en ligne illégales, que ce soit des images ou du texte, et qu'importe les pays concernés".

Une déclaration peu surprenante (le Japon ne cesse d'augmenter son investissement dans la lutte contre les scans illégaux) qui pourrait, on l'espère, permettre une réduction considérable du nombre de spoilers le jour de la publication.