Sorties et loisirs
J'ai dévoré ce roman gore, parano, provocateur et brillant en un temps record, alors qu'il fait 900 pages !
Publié le 29 avril 2024 à 15:28
Par Clément Arbrun | Journaliste société
Journaliste spé Société et Pop Culture, Clément s'intéresse autant aux punchlines de Virginie Despentes qu'à celles de Megan Thee Stallion, aux perruques de Bilal Hassani qu'aux blagues de Panayotis Pascot. Il aiguise principalement sa plume en papotant féminismes, genre et fashion, ce qui lui permet de parler d'Harry Styles, des gens pas toujours fréquentables qui emploient le mot "woke" sur Twitter et des dernières prods Netflix. Malin.
Serial killer, fric, sexe, parano et Valium : bienvenue dans l'univers de Bret Easton Ellis, le plus grand écrivain américain vivant. Malgré cette recette familière, je ne savais pas quoi attendre des 900 pages (!) de son dernier roman, qui vient de paraître en poche chez 10/18. Un thriller gore et fou qui a beaucoup divisé la critique. Verdict ? Je n'étais pas prêt, clairement.
J'ai dévoré ce roman gore, parano, provocateur et brillant en un temps record, alors qu'il fait 900 pages !
J'ai dévoré ce roman gore, parano et brillant en 2 semaines, alors qu'il fait 900 pages ! Serial killer, fric, sexe, parano et Valium : bienvenue dans l'univers de Bret Easton Ellis, le plus grand écrivain américain vivant.  
U.S writer Bret Easton Ellis attends the Motherless Brooklyn red carpet during the 14th Rome Film Festival on October 17, 2019 in Rome, Italy. Photo by Eric Vandeville/ABACAPRESS.COM Malgré cette recette, je ne savais pas quoi attendre des 900 pages (!) de son dernier roman, qui vient de paraître en poche. Un thriller gore et fou qui a beaucoup divisé la critique. Verdict ? Je n'étais pas prêt, clairement.
Bret Easton Ellis - Tapis rouge du film "The Canyons" lors du 70eme festival du film de Venise, le 30 aout 2013. "C'est un sacré bébé", comme on dit dans le jargon. Ce mois-ci, le dernier roman de Bret Easton Ellis vient enfin de débarquer en Poche. Il s'appelle "Les éclats" et pour un petit format, ça fait gros : 900 pages ! De quoi filer la frousse à Stephen King, l'expert des pavés (pas dans la marre, mais dans les librairies). Et faire reculer des lecteurs que cette densité pourrait angoisser. Mais on le sait tous, ce n'est pas la taille qui compte.
Et j'ai pu en témoigner en dévorant ce récit gargantuesque en un rien de temps. Les 450 dernières pages furent même avalées avec autant de fluidité que... Les Xanax et Valium que les persos du roman bectent comme des Dragibus tout au long de cette fiction. Mais ça raconte quoi, Les éclats ?
BRET EASTON ELLIS PRESENTE SON DERNIER LIVRE "LUNAR PARK" A MILAN DANS LA LIBRAIRIE FELTRINELLI, PLACE PIEMONTE
La suite après la publicité

"C'est un sacré bébé", comme on dit dans le jargon. Ce mois-ci, le dernier roman de Bret Easton Ellis vient enfin de débarquer en Poche chez nous. Il s'appelle "Les éclats" et pour un petit format, ça fait gros : 900 pages ! De quoi filer la frousse à Stephen King, l'expert des pavés (pas dans la mare, mais dans nos biblis). Et faire reculer des lecteurs que cette densité pourrait angoisser. Mais on le sait tous, ce n'est pas la taille qui compte.

Et j'ai pu clairement en témoigner en dévorant ce récit gargantuesque en un rien de temps. Les 450 dernières pages furent même avalées avec autant de fluidité que... Les Xanax et Valium que les persos du roman bectent comme des Dragibus tout au long de cette fiction envoûtante.

Ca raconte quoi, Les éclats ?

Simple : le romancier américain, également narrateur, relate sa jeunesse dorée parmi les étudiants friqués du Los Angeles des années 80. Gardes robes onéreuses, drogues et alcool à gogo sans surveillance parentale, soirées décadentes rythmées au son des tubes de l'époque constituent ce décorum chaotique mais aussi... une flippe totale et contagieuse, alors qu'un serial killer sème "la zizanie" dans la Cité des Anges.

>> Je suis journaliste, j'ai 30 ans et j'ai testé de refaire une dictée (Marc Lévy m'a gentiment humilié) <<

Voilà pour le topo : dès les premières pages, je découvre non sans perplexité un objet hybride, une (fausse) autobiographie extrêmement mélancolique qui à l'inverse adopte le tempo et la teneur d'un thriller dont le pitch n'aurait pas dépareillé sur Netflix. Tueur en série, effusions gore, parano absolue, et les décors vertigineux de L.A. en fond, l'atmosphère est cinématographique. Et l'expérience... indéfinissable.

Un tueur en série cinglé, les routes de Los Angeles, énormément de drogue et... une expérience de lecture impossible à définir

Bien sûr, je m'attendais quand même un peu à me faire happer par ce pavé. Pour trois raisons : Bret. Easton. Ellis. Selon moi, le plus grand romancier de la littérature contemporaine. Et le plus sulfureux. Prodige applaudi dès 21 ans pour son premier best seller, Moins que Zéro, comparé à JD Salinger, "BEE" devient l'ennemi à abattre avec son troisième : le fameux American Psycho, plongée dans la tête de Patrick Bateman, golden boy des eighties fan de Genesis, de muscu et... de meurtres en série, qu'il commet.

>> Les concerts, ça me saoule : merci Pierre de Maere de m'avoir fait changer d'avis à 30 ans ! <<

Un tueur en série cinglé, les routes de Los Angeles, énormément de drogue et... une expérience de lecture impossible à définir

Blindé d'ultraviolence, de cynisme, de sadisme et de sexualité explicite, American Psycho appuie la réputation mondiale de Bret Easton Ellis, accusé (notamment) de misogynie. Amusant lorsque l'on sait que le romancier va laisser l'adaptation ciné de ce livre-choc (où excelle Christian Bale)... à une réalisatrice féministe. Le ton "BEE" est tout entier dans ce trauma : excès, dépression, obscénités, mais aussi, densité romanesque, complexité et narration subversive (qui nous fait passer de descriptions trash à des... Chroniques musicales !).

>> Les Animaux Fantastiques a bientôt 10 ans, je l'ai ENFIN rattrapé, et c'est presque mieux que Harry Potter <<

American Psycho se déroulait à Los Angeles, dans les années 80, et mettait en scène un tueur en série. On retrouve tout ça 40 ans plus tard dans Les éclats donc. D'autant plus que ces 900 pages citent abondamment des tubes musicaux des eighties, dévoilant une playlist qui doit se compter en centaines de sons, là où l'histoire de Patrick Bateman nous renvoyait sans cesse... à Phil Collins. Il y a comme un joli lien de parenté.

Oui mais voilà : même en adulant l'univers de son auteur - des personnages vides en apparence et apathiques, extrêmement froids et désabusés, dans une sphère sociale superficielle qui l'est tout autant - Les éclats m'a retourné. Pourquoi ? Car en explorant jusqu'à plus soif le grand thème caché d'American Psycho (la solitude !), à travers un personnage principal (lui-même) enfermé dans ses névroses et sa peur, mais aussi ses secrets (l'homosexualité qu'il cache tant bien que mal) Bret Easton Ellis vient éveiller en nous une rare émotion.

A savoir ? Une profonde empathie, mêlée d'inquiétude, pour son protagoniste. Pas la chose la plus courante dans ses romans, où étudiants, mannequins et stars hollywoodiennes passent plus de temps à se droguer, se détruire psychologiquement ou s'envoyer en l'air que de se dire "je t'aime". Or, dans Les éclats, "Bret" se met à nu. Quand il aborde frontalement l'impossibilité de son coming out gay par exemple, d'autant plus qu'il implante ce sujet dans une histoire hallucinante aux allures de film d'horreur, ce qui rend la chose plus cauchemardesque encore !

>> Porno, ultraviolence et fin du monde : le cinéaste le plus scandaleux d'Europe au coeur d'une exceptionnelle rétrospective à Paris <<

Mais aussi, quand il étend jusqu'à l'absurde son récit - qui honnêtement pourrait faire 300 voire 400 pages en moins - simplement pour nous faire vivre aux côtés de ses personnages, partager leurs sensations, leurs crises, leurs troubles. Si à mes yeux Les éclats tutoie les 1000 pages, c'est parce que c'est la seule façon d'éprouver les émotions que l'on va ressentir durant cette lecture suicidaire dans sa démesure. Hé oui.

Mais cela, je ne l'ai réalisé qu'au bout de 300, 400 pages, comprenant que l'intérêt de l'expérience n'était pas forcément dans le côté spectaculaire de ce qui prend forme sous nos yeux (poursuites, crimes morbides, sexe, substances illicites, traque, course contre la mort) mais dans... le temps que ce livre a exigé de moi, et qu'il exigera naturellement de vous. Il faut un peu, beaucoup, se sacrifier, pour apprécier pleinement Les éclats.

C'est ce qui rend l'aventure si unique. Allez, on fonce en librairie maintenant.

Mots clés
Sorties et loisirs Livres Opinion
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
Ce film de science-fiction sort déjà dans une nouvelle version alors qu'il bat encore des records au cinéma ! play_circle
CINÉ SÉRIE
Ce film de science-fiction sort déjà dans une nouvelle version alors qu'il bat encore des records au cinéma !
19 janvier 2024
"Tout le temps à poil" : Kelly Helard poste une nouvelle sexy, et se fait encore critiquer par les internautes play_circle
TV
"Tout le temps à poil" : Kelly Helard poste une nouvelle sexy, et se fait encore critiquer par les internautes
1 mars 2024
Les articles similaires
Je suis journaliste, j'ai 30 ans et j'ai testé de refaire une dictée (Marc Lévy m'a gentiment humilié)
Sorties et loisirs
Je suis journaliste, j'ai 30 ans et j'ai testé de refaire une dictée (Marc Lévy m'a gentiment humilié)
28 avril 2024
J'ai vécu une dernière séance dans ce cinéma parisien mythique qui a l'une des plus belles salles du monde avant sa fermeture définitive
Sorties et loisirs
J'ai vécu une dernière séance dans ce cinéma parisien mythique qui a l'une des plus belles salles du monde avant sa fermeture définitive
26 mai 2024
Je vais à Disneyland Paris depuis plus de 25 ans, et je viens seulement de réaliser que je loupais probablement le meilleur à chaque visite
LIFESTYLE
Je vais à Disneyland Paris depuis plus de 25 ans, et je viens seulement de réaliser que je loupais probablement le meilleur à chaque visite
25 février 2024
Dernières actualités
"Personne ne va voir mes bons films" : le film de science-fiction de Chris Evans qui a fait un flop, mais qu'il considère comme l'une de ses meilleures oeuvres play_circle
CINÉ SÉRIE
"Personne ne va voir mes bons films" : le film de science-fiction de Chris Evans qui a fait un flop, mais qu'il considère comme l'une de ses meilleures oeuvres
26 mai 2024
"Je n'avais aucune sensibilité" : James Cameron regrette toujours cette célèbre scène de Titanic play_circle
CINÉ SÉRIE
"Je n'avais aucune sensibilité" : James Cameron regrette toujours cette célèbre scène de Titanic
26 mai 2024
Dernières news