Le Journal d'Anne Frank jugé "pornographique" par certains parents américains
Le Journal d'Anne Frank jugé " pornographique " par certains parents américains
Le puritanisme américain ne cesse de nous étonner. Une mère de famille du Michigan veut interdire l'étude du 'Journal d'Anne Frank', car elle le trouve... trop "pornographique" pour des enfants de 12 et 13 ans. On comprend mieux pourquoi Justin Bieber s'est offert une visite au musée Anne Frank il y a peu...

Le puritanisme américain, c'est plus fort que toi. Il y a quelques mois, un prof américain recevait une plainte pour avoir utilisé le mot "vagin" pendant un cours sur la reproduction humaine. C'est aujourd'hui le Journal d'Anne Frank, au programme dans de nombreuses écoles, qui fait polémique. Des parents jugent certains passages trop "pornographiques".

Anne Frank "porno"

En Angleterre, on protège ses bambins de la pub Chanel avec Keira Knightley "trop sexy", aux Etats-Unis, du Journal d'Anne Frank, trop "pornographique". Gail Horalek, une mère de famille du Michigan veut faire interdire l'étude du Journal d'Anne Frank, rapporte le Huffington Post. En cause ? Non pas la description de l'horreur des camps de concentration nazis, mais certains passages où l'adolescente juive "parle de la découverte de ses organes génitaux". Cette maman a déclaré que sa fille avait été "mal à l'aise" à la lecture de certains passages de l'ouvrage. Pour elle, l'école devrait avoir la permission des parents avant de faire lire de tels livres à leur progéniture.

"Des passages explicites"

Elle demande que les élèves lisent une version antérieure à la version non-abrégée étudiée. Cette dernière contiendrait des "passages explicites". Gail Horalek a déposé plainte afin que la version éditée remplace à l'école la version non-abrégée, jugée trop "pornographique" pour des enfants de 12-13 ans. Si le Journal d'Anne Frank est au programme dans de nombreux pays, certains adolescents continuent d'ignorer qui est Anne Frank, comme le prouvent les réactions de certains Beliebers suite aux déclarations de Justin Bieber.