Des lycéens chinois offrent 30 000 masques à la France grâce à une école d'ingénieurs française
Des lycéens chinois offrent 30 000 masques à la France grâce à une école d'ingénieurs française
La solidarité est plus que jamais de mise pendant la crise sanitaire que traverse le monde entier. Des lycéens chinois ont donné le bon exemple : ils ont récolté de l'argent, acheté puis acheminé 30 000 masques vers la France. Une belle action lancée en lien avec l'ESIGELEC, une école d'ingénieurs située à Saint-Étienne-du-Rouvray.

Pour aider les soignants, certains vont plus loin qu'applaudir à la fenêtre. Que ce soit via des collectes de fonds comme avec le live de McFly et Carlito ou bien la chanson sur laquelle sont réunies plus de 350 célébrités, les Français se mobilisent pour que ceux qui nous soignent et nous protègent travaillent dans les meilleures conditions possibles. Mais les Français ne sont pas les seuls à se montrer solidaires.

La belle initiative de lycéens chinois

Comme le dévoile Le Parisien, des lycéens de Chine ont aussi participé à l'effort collectif... en envoyant 30 000 masques en France. Une action menée en lien avec l'école supérieure ESIGELEC (École supérieure d'ingénieurs en génie électrique) située à Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, qui accueille chaque année des étudiants étrangers dont une partie d'étudiants d'Asie. Le directeur de relations internationales de l'école, Cyril Marteaux, explique que ces lycéens ont eux-même, avec leurs parents, acheté ces 30 000 masques. "En relation avec notre bureau de représentation permanent à Shanghai, ils ont contacté l'Ambassade de France." confie-t-il au Parisien. Ces protections essentielles pour les soignants sont arrivées sur notre sol le 29 mars avant d'être distribuées aux hôpitaux.

Une belle initiative qui n'est pas un cas isolé. En effet, l'école a été mise au courant dernièrement qu'une autre action a été lancée par d'anciens diplômés chinois de l'ESIGELEC. "Ils ont acheté plus de 800 masques et 8000 gants. Ils sont en cours d'acheminement vers le CHU de Rouen" précise Cyril Marteaux.

News
essentielles
sur le
même thème