Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Kim Jong-un continue avec les menaces
2 photos
Voir le diapo
La Corée du Nord n'en finit plus avec les menaces. Dernière en date ? Ce mardi 2 avril, le dictateur Kim Jong-un a annoncé son intention de redémarrer un réacteur nucléaire arrêté en 2007. La déclaration de trop pour l'ONU selon qui "la crise est allée trop loin". Pas sûr que ce simple constat fasse vraiment bouger les choses.

A quoi joue la Corée du Nord ? Après avoir menacé les Etats-Unis et s'être déclarée en "état de guerre" avec la Corée du Sud, la dictature de Kim Jong-un continue de faire flipper le monde entier.

La menace nucléaire, nouvel épisode

Il n'y a pas que dans ses vidéos de propagande que la Corée du Nord est inquiétante. Ce mardi 2 avril, le pays de Kim Jong-un a fait part de son intention de redémarrer son réacteur nucléaire de Yongbyon, arrêté depuis 2007. Mais ce n'est pas tout : l'usine d'enrichissement d'uranium pourrait également être remise en service à des fins militaires. Rien de très rassurant alors que les tensions sont à leur comble avec la Corée du Sud et les Etats-Unis.

L'ONU condamne mais ne menace pas

Vous l'aurez compris, la Corée du Nord ne rigole pas du tout. Mais alors pas du tout, du tout, alors même que l'ONU lui interdit tout programme atomique. De passage à Andorre, Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nation Unies, a donc condamné ces dernières annonces. "Les menaces nucléaires ne sont pas un jeu", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Et d'ajouter : "En tant que secrétaire général, il est de mon devoir d'empêcher la guerre et de rechercher la paix. Il est également de ma responsabilité de dire que la crise actuelle est déjà allée trop loin". Mais en se contentant de condamner, comme en février dernier, l'ONU n' inquiète pas vraiment Kim Jong-un. Des paroles dans le vent ? Pour l'instant, ça y ressemble bien.

News
essentielles
sur le
même thème