Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Chaque jour, une nouvelle menace de la Corée du Nord et un nouveau cap franchi sur le tensiomètre. Après avoir rompu toute communication avec son voisin du Sud, Pyongyang va un peu plus loin dans les intimidations en invitant les étrangers présents en Corée du Sud à quitter le pays.

Le conflit armé semble pouvoir éclater à tout moment dans la péninsule coréenne. Pyongyang agite, pour la énième fois, la menace d'une guerre "thermo-nucléaire" et invite les étrangers à quitter la Corée du Sud au cas où elle éclaterait pour de bon. De son côté, le Japon, proche des frontières coréennes, se protège.

Les étrangers invités à évacuer le Sud

La tension monte encore d'un cran. Pyongyang émet un nouvel avertissement en direction de son voisin du Sud, alors même qu'il observait hier des "activités" sur le site atomique nord-coréen de Punggye-ri. Ce mardi 9 avril, Kim Jong-un renouvelle la menace d'une guerre "thermo-nucléaire" en invitant les étrangers présents sur le sol sud-coréen à le quitter. "Nous ne souhaitons aucun mal aux étrangers qui se trouvent en Corée du Sud si la guerre éclate" a déclaré l'agence de presse officielle KCNA. Ces déclarations hostiles interviennent alors même que tout dialogue est rompu entre le Nord et le Sud : le site inter-coréen de Keasong, symbole de la coopération entre les deux pays a été fermé et le téléphone rouge coupé.

Le Japon se protège

Tokyo ne prend pas à la légère les menaces réitérées de Pyongyang et a décidé de protéger ses frontières. Ce matin, deux lanceurs de missiles Patriot ont été installés au ministère de la Défense japonais, afin d'intercepter un éventuel tir nord-coréen. Selon la presse japonaise, d'autres missiles seront mis en place aux alentours de la capitale nippone et sur l'île d'Okinawa. En début de semaine dernière, la Corée du Nord a fait installer deux missiles Musudan, d'une portée estimée à 3 000 kilomètres... soit assez pour pouvoir toucher les terres sud-coréennes et japonaises.
News
essentielles
sur le
même thème