Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

La Corée du Nord ne cesse de provoquer les Etats-Unis et la Corée du Sud. Ce mercredi, elle a une nouvelle fois menacé le territoire américain d'une "attaque nucléaire imminente". Le groupe de hackers Anonymous a donc décidé de répondre à Pyongyang à sa manière, en piratant les comptes Twitter et Flickr officiels du pays.

Anonymous est dans tous les bons coups. Après s'être fait connaître grâce au mouvement Occupy Wall Street qui dénonçait en novembre 2011 les dérives du capitalisme financier, le groupe de hackers anonymes avait enclenché la World War Web, en piratant les sites de Sony, Vivendi et du FBI, suite à la fermeture de Meagaupload. Il s'incruste désormais dans le conflit Corée du Nord VS le reste du monde (et surtout les Etats-Unis et la Corée du Sud). Ses moyens ? Le piratage. Son arme ? L'humour.

Nouvelle menace coréenne, Anonymous réplique

Depuis son troisième essai nucléaire le 12 février, la Corée du Nord s'est engagée dans l'escalade de la menace contre son voisin du Sud et son allié américain. Pyongyang enchaîne depuis plus d'un mois, les intimidations à destination des Etats-Unis et les provocations à l'encontre de Séoul (coupure du téléphone rouge et fermeture d'un site inter-coréen). Ce mercredi, Kim Jong-un a une nouvelle fois agité l'étendard d'une "attaque nucléaire imminente" sous le nez des américains. Le groupe de hackers Anonymous a décidé de s'en mêler et de donner une petite leçon 2.0 à Pyongyang.

Twitter et Flickr comme terrains de jeu

1ère étape : attaquer les comptes Flickr et Twitter d'Uriminzokkiri, l'antenne de propagande du régime nord-coréen. Les hacktivistes ont posté un premier message pour annoncer à ses quelques 16 000 followers qu'ils avaient piraté le site officiel du régime et son compte Twitter, avant de déclarer le piratage d'autres sites coréens. La nouvelle photo du profil parle d'elle-même : on y voit deux anonymous danser un tango. Ils en profitent pour publier des posts hostiles au régime et se moquer de son chef, Kim Jong-un. Idem pour son compte Flickr. Anonymous y incruste ses propres photos avant que le compte ne soit clôturé.

Corée du Nord et Etats-Unis en prennent pour leur grade

2ème étape : au cas où le message ne serait pas assez clair, Anonymous a même prévu un communiqué de presse pour expliquer leurs actions. "Des membres des anonymous ont réussi à passer outre Kwangmyong (ndlr : l'internet contôlé) et à apporter un véritable internet en Corée du Nord". Mais Pyongyang n'est pas seul à en prendre plein son grade. Anonymous vise directement les Etats-Unis : "Personne n'a demandé vos bombardiers, vos missiles et vos drones de merde" lance-t-il avant de poursuivre :"Vous n'êtes pas la police du monde".

Les hacktivistes conseillent alors aux deux ennemis : "Si vous voulez tellement vous combattre, enfermez-vous dans un bunker, très profond souterrain et éliminez-vous mutuellement !". Voilà qui est clair. Le groupe ne compte pas s'arrêter là et annonce déjà une action pour le 19 avril. Il prévient : "Dès que les connexions seront stabilisés, nous injecterons des chatons et du porno sur le réseau".

News
essentielles
sur le
même thème