Central Park : bientôt un crossover avec la série Bob's Burgers ? Le créateur répond (Interview)
Central Park : bientôt un crossover avec la série Bob's Burgers ? Le créateur répond (Interview)
Central Park est la nouvelle série d'animation de la plateforme Apple TV+ qui suit les aventures d'une famille prête à tout pour sauver le célèbre parc de New York des griffes d'une terrible femme d'affaires sans scrupules. A l'occasion de sa promo, Purebreak a pu participer à une table ronde en compagnie de Josh Gad et Loren Bouchard, les créateurs, afin de parler de sa conception, de son incroyable casting (Kristen Bell, Tituss Burgess, Stanley Tucci, Daveed Diggs), mais aussi de Bob's Burgers.

D'où vous est venue l'idée d'une série animée enveloppée sous la forme d'une comédie musicale ?

Josh Gad : J'avais juste la graine d'une idée de ce que pourrait donner une série centrée sur Central Park et qui serait une série musicale. J'ai pris cette graine et j'ai trouvé le partenaire parfait pour l'y planter en la personne de Loren Bouchard dont j'ai toujours été fan grâce à son travail sur Bob's Burgers. Loren, sa partenaire Nora Smith et moi nous sommes réunis afin de réfléchir à cette idée, et très rapidement Loren a compris que le centre de cette série devait être une famille.

Loren Bouchard : Oui, l'idée d'avoir une famille dans le parc qui en prend soin, je trouvais ça très intéressant. Et puis ensuite on a imaginé cette méchante qui veut absolument posséder ce parc, le détruire pour le vendre en petits morceaux. Et l'aspect musical est venue de Josh. On adore faire des comédies, écrire des blagues, on a une équipe géniale pour ça et un casting incroyablement drôle, mais l'idée de réellement réorienter cette série avec la comédie musicale, tout ça part de Josh. Il vient d'un univers musical, donc j'ai appris à ses côtés ce que cela signifie et combien ça peut être difficile.

Comment avez-vous choisi ce casting ? Ça a toujours été votre idée de recruter des acteurs pour incarner des personnages féminins ou une actrice blanche pour un personnage métisse ?

Josh Gad : Quand je suis allé voir Loren pour lui pitcher l'idée de la série et que je lui ai fait comprendre que la seule façon qu'on aurait d'obtenir un aspect musical aussi important et fort, c'était d'avoir un casting All Stars composé de personnes provenant du théâtre musical. Je lui ai demandé de me donner quelques jours pour passer des coups de téléphone aux personnes avec qui j'avais envie de faire cette série. J'ai donc appelé Kristen Bell en première, je voulais travailler avec elle sur un autre projet qui n'était pas lié à La Reine des Neiges, et elle a immédiatement dit 'oui'. J'ai ensuite appelé un ancien camarade de classe, Leslie Odom Jr, qui sortait de Hamilton, une comédie musicale pour laquelle il venait de remporter un Tony Awards [les Oscars du théâtre aux USA, ndlr] et j'imaginais à aucun moment qu'il allait me dit 'oui' mais il l'a fait. Et puis j'ai eu Daveed Diggs... Et un par un, Kathryn Hahn, Tituss Burgess, Stanley Tucci - avec qui j'avais travaillé sur La Belle et la Bête, ont tous dit 'oui'.

Et d'un coup ça m'a terrifié, je me suis dit 'Oh mon dieu, on a le casting mais on n'a pas encore réfléchi aux personnages !' (rires). Donc on s'est retrouvés [avec Loren] et on savait que l'on avait 7 voix incroyables et c'est là que l'on a commencé à jouer avec ce qu'allaient pouvoir être ces personnages. C'est comme ça que Stanley s'est retrouvé coincé dans la peau d'une héritière ou que Daveed incarne sa vieille assistante. Tout cela est le fruit de l'imagination totalement folle de Loren qui a fait ce travail incroyable de coller les bonnes voix aux bons personnages, comme il l'avait fait précédemment dans Bob's.

Central Park met en scène une famille bi-raciale. A partir de quel moment cela a-t-il été décidé ? Avez-vous pris ça en compte en écrivant les épisodes ?

Loren Bouchard : C'est le casting qui nous a donné ça, on tient ça de lui. C'est le casting qui a en partie décidé de ce qu'on allait faire. Et finalement, on a à la fois pris ça en compte et pas vraiment au moment d'écrire les épisodes. On a engagé le plus possible de personnes dans l'équipe (scénaristes, techniciens) qui pouvaient nous partager leurs expériences et dans le même temps ça n'était pas le sujet principal de l'histoire que l'on voulait raconter. On voulait que ce soit présent, que ça soit une partie de l'origine de cette famille, mais pas que ce soit le propos premier. Ici on sentait que c'était vraiment une série sur une famille qui tente de sauver le monde.

Josh Gad : Oui et c'était incroyable parce que l'on a casté Leslie Odom Jr et Kathryn Hahn pour jouer ces parents et on a donc pensé 'Pourquoi ne pas représenter ça à l'écran ?'. Et Loren a raison, le fait qu'il s'agit simplement de ce qu'ils sont c'est génial. Il n'y a pas vraiment de commentaire à faire dessus, c'est une famille comme toutes les autres qui embarque dans une aventure incroyable ponctuée par des obstacles compliqués.

Central Park partage le même character-design que Bob's Burgers. Cela signifie-t-il que les deux séries font partie du même univers ? On peut s'attendre à des crossovers ?

Loren Boucharrd : Je ne suis pas un grand fan des crossovers et je dis ça en sachant que tout le monde sur cette Terre...

(le coupe) Josh Gad : Alleeeeez ! Loren, Alleeeez !

Loren Bouchard : Voilà pourquoi je continue de briser le coeur des gens : je crains toujours qu'un crossover vienne briser la mécanique de deux univers en une scène. Je m'en veux toujours, je sais à quel point les gens veulent des crossovers, je sais que ça les démange profondément, mais je n'arrive pas à me convaincre de le faire. J'ai le sentiment que, d'une façon, vous détruisez la réalité que vous avez eu tant de mal à créer. Et d'ailleurs, le character-design n'a pas été fait pour coller à celui de Bob's Burgers, on est juste retomber vers ça parce que l'on voulait que ces personnages soient vraiment organiques, très drôles, beaux. Du coup, quand on a réfléchi à leurs démarches, leurs façons de parler... on a rapidement réalisé que nous devions recruter les meilleurs talents de chez Bob's pour nous aider à faire grandir Central Park. Donc on a recruté de nouvelles personnes, mais on a aussi fait un peu de transfert. Et c'est ce qui a donné naissance à ces ressemblances.

Central Park, c'est ce grand espace vert dans une gigantesque ville. Ici, la famille veut le sauver contre Bitsy qui semble symboliser le capitalisme. Que pouvez-vous dire sur le propos de cette série ?

Josh Gad : Quand on a commencé à réfléchir à tout ça, il est apparu très clairement que ça nous offrait une certaine opportunité. Central Park est dès le début décrit comme l'égalisateur parfait. Quand vous entrez dans ce parc, c'est le seul endroit de tout New York où ça n'a aucune importance si vous êtes un milliardaire ou la personne la plus pauvre du monde. Vous partagez le même terrain de jeu. Et c'était très important pour nous, d'un point de vue de l'histoire. Et Loren, d'une façon brillante, a eu cette idée d'introduire cette antagoniste en la personne de Bitsy.

Loren Bouchard : Dès les premiers jours avec Josh, on s'est demandé 'Si Central Park était en péril, qu'est-ce que cela signifierait ? Et que représente vraiment ce parc ? Que représente un espace public ?' J'aime avoir des conversations à travers la série, à travers l'histoire. Oui c'est une comédie musicale, oui c'est une comédie, mais ce n'est pas rien ce qu'il se passe là, c'est énorme. Bitsy veut acheter un énorme espace public et le vendre, tout ça parce qu'elle pense qu'elle le peut et qu'elle ne l'estime pas, ne voit pas ce qu'il représente. Peut-être qu'elle le comprendra à la fin, on verra, mais la famille sait au plus profond d'elle-même que ce parc a une vraie valeur et un vrai intérêt en tant qu'espace public.

Et là encore, 'qu'est-ce que ça signifie ?' On voulait vraiment s'y intéresser sans pour autant refaire du Parks & Recreation. On voulait tenter de comprendre le monde dans lequel on vit à travers ce conflit. Le manager de ce parc aime les arbres et les fleurs et c'est plutôt la période idéale pour parler de ça et montrer ça à la télé. Il adore passionnément ça, et à chaque fois qu'une fleur se fait piétiner ça le blesse, c'est douloureux. Et c'est cool pour nous, c'est génial d'amener un tel personnage à l'écran et de s'interroger sur notre propre estime des fleurs, des espaces verts...

Central Park est actuellement disponible sur Apple TV+.

Propos recueillis par Purebreak.

News
essentielles
sur le
même thème