CINÉ SÉRIE
C'est peut-être le plus beau rôle de Kristen Stewart à mes yeux : avec Love Lies Bleeding, on tient un véritable phénomène culturel
Publié le 11 juin 2024 à 09:00
Par Clément Arbrun | Journaliste société
Journaliste spé Société et Pop Culture, Clément s'intéresse autant aux punchlines de Virginie Despentes qu'à celles de Megan Thee Stallion, aux perruques de Bilal Hassani qu'aux blagues de Panayotis Pascot. Il aiguise principalement sa plume en papotant féminismes, genre et fashion, ce qui lui permet de parler d'Harry Styles, des gens pas toujours fréquentables qui emploient le mot "woke" sur Twitter et des dernières prods Netflix. Malin.
Remarques potaches et carrément homophobes, protestations, bagarres... La projection de Love Lies Bleeding dans un festival de Bruxelles fut une catastrophe. Ce thriller lesbien avec Kristen Stewart débarque enfin en France ce 12 juin et à mes yeux, tu ne dois pas le louper. Je suis allé le voir pour toi.
Bande-annonce de Love Lies Bleeding / C'est peut-être le plus beau rôle de Kristen Stewart à mes yeux © Metropolitan
January 20, 2024, Park City, Ut, USA: Kristen Stewart à la première de 'Love Lies Bleeding le 20 janvier 2024 au Sundance Film Festival à Utah. (Credit Image: © imageSPACE via ZUMA Press Wire) Kristen Stewart, Rose Glass - Tapis rouge du film "Love Lies Bleeding" lors du 74ème Festival International du Film de Berlin, La Berlinale. Le 18 février 2024 Kristen Stewart à la première du film "Crimes of the Future (les crimes du futur)" à Los Angeles, le 2 juin 2022. Kristen Stewart - Première du film "Spencer" lors du 65ème Festival du Film de Londres. Le 7 octobre 2021 Kristen Stewart - Avant-Premiere du film Twilight "Breaking Dawn" a Londres, le 14 novembre 2012.
La suite après la publicité

J'attendais de pied ferme ma séance de Love Lies Bleeding et je n'ai pas été déçu. Car bien plus qu'une curiosité, ou pire, un buzz, ce film pourrait tout à fait devenir un phénomène culturel. Ce thriller sanglant relatant une romance lesbienne a même tout pour devenir culte. Pourquoi ?

Je me permets déjà de réunir les pièces du puzzle : Love Lies Bleeding, (enfin !) dans nos salles ce 12 juin, est le second long-métrage de la réalisatrice britannique Rose Glass. Le film prend place dans les années 80 et, entre la BO bien vintage, les lumières-néons et les coupes-mulets, on le comprend très vite. Derrière ce titre qui rend hommage à un tube éponyme de l'époque nous est contée l'histoire d'une gérante de salle de gym (Kristen Stewart) qui tombe sauvagement amoureuse d'une culturiste (Katy O'Brian).

L'une est discrète, l'autre très impressionnante physiquement, toutes deux vivent d'une idylle passionnée et charnelle. Oui mais voilà : dans ce monde d'hommes, elles vont subir impuissance et violence, malveillance et dérapages sanguinolents. Chaos, magouilles, meurtres, tentatives de fuites : voici la recette.

>> J'ai vécu une dernière séance dans ce cinéma parisien mythique qui a l'une des plus belles salles du monde avant sa fermeture définitive <<

Love Lies Bleeding est donc un polar comme le suggèrent tous ces ingrédients, mais aussi, un film qui rend compte avec un érotisme décomplexé de la passion entre deux femmes. Une dimension fiévreuse qui m'apparaît comme nécessaire et, à sa manière, carrément militante par les temps qui courent. Quitte à bousculer les réacs. En fait, l'oeuvre a déjà largement énervé les lames les moins aiguisées du tiroir...

Cette histoire d'amour LGBTQ sanglante énerve les imbéciles mais réjouit ceux qui savent que Kristen Stewart est une grande actrice

Je ne vais pas cacher ce qui a redoublé mon attente de ce film et l'a carrément érigé en événement... Le 13 avril dernier, ce film noir LGBTQ a été projeté au sein du festival bruxellois du BIFFF, bien connu des amateurs de cinéma "différent" et audacieux. Et cette diffusion face à un public très agité a engendré un véritable carnage : remarques potaches voire carrément homophobes dans le public, protestations diverses et même, conflits physiques entre spectateurs et spectatrices queer... Un désastre largement relaté sur Twitter.

Cette histoire d'amour LGBTQ sanglante énerve les imbéciles mais réjouit ceux qui comme moi savent que Kristen Stewart est une grande actrice © Metropolitan

Suite à ce large bad buzz fracassant, le BIFFF a présenté des excuses publiques et imposé de nouvelles mesures pour empêcher de nouveaux dérapages homophobes - ou plutôt, lesbophobes : la haine anti-lesbiennes. C'est donc auréolé de ce triste événement que cette oeuvre généreuse et folle débarque en France, en plein Mois des fiertés, c'est-à-dire de célébration des droits et de la culture des personnes LGBTQ. Un grand symbole !

>> J'ai pu voir Sous la Seine (Netflix), le premier film de requin parisien de l'histoire (et j'ai même rencontré sa star sur une péniche !) <<

Impossible à mon sens de comprendre comment des réactions aussi exacerbées ont pu éclore de cette séance. Car si Love Lies Bleeding provoque quelque chose, c'est surtout la fascination. Le film déploie un pitch simple comme bonjour autour d'un imaginaire bien connu (celui de polar) et s'en sert pour déjouer nos attentes.

En se plongeant dans la tête du personnage irréel de Katy O'Brian, obsédée par sa musculature digne d'un super héros de comic book, on va ainsi tutoyer du doigt le fantastique voire l'horreur, en se confrontant lors d'interludes étranges à des visions oniriques et délirantes. J'ai l'impression que le film est comme un rêve éveillé, traversé de visions cauchemardesques et subversives.

>> Je ne loupe aucun film d'horreur au cinéma, et celui-ci a (enfin) trouvé la recette géniale pour me hérisser les poils <<

Et puis, bien plus qu'un "film choc", ce qu'il n'est pas malgré sa violence décomplexée qui vire volontiers au gore, Love Lies Bleeding est surtout à mon sens une déclaration d'amour à la plus mésestimée des grandes actrices : Kristen Stewart. Eternelle Bella de Twilight, mais aussi incarnation de Lady Di et Joan Jett à l'écran, l'actrice trouve dans cette drôle d'histoire tragicomique son plus beau rôle : tour à tour mélancolique et badass, amoureuse et insolente, elle m'a renvoyé à la Uma Thurman du dyptique Kill Bill. Rien que ça, oui.

Et s'il est peut-être moins furieux qu'un Tarantino, Love Lies Bleeding pourrait à mon sens générer un impact aussi gros, non pas dans la pop culture, mais dans la queer culture. Je l'observe depuis deux mois déjà, indénombrables sont les expressions de soutien, gifs et fan arts partagés par la communauté LGBT sur des réseaux comme Twitter et Instagram.

Je me réjouis d'une telle réappropriation qui prouve que ce film déroutant et polymorphe, bien au-delà du bad buzz initial dû à l'homophobie ordinaire la plus crasse (qu'on devrait bien ressentir en ce mois des Fiertés) devrait rester. D'une manière ou d'une autre. Et je ne peux que vous inciter à tenter l'expérience en salles, histoire d'envoyer valser les pingouins qui glissent le moins loin sur la banquise.

À propos de
Mots clés
Cinéma Opinion
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
A cause d'une scène de vomi choquante, cette actrice adorée à Hollywood a été traumatisée par son métier : "La chose la plus dégoûtante que j'ai pu expérimenter" play_circle
CINÉ SÉRIE
A cause d'une scène de vomi choquante, cette actrice adorée à Hollywood a été traumatisée par son métier : "La chose la plus dégoûtante que j'ai pu expérimenter"
26 janvier 2024
Elle était l'actrice la plus puissante de TF1, elle explique pourquoi elle a subitement quitté cette série à succès : "Ca m'a un peu atteinte" play_circle
CINÉ SÉRIE
Elle était l'actrice la plus puissante de TF1, elle explique pourquoi elle a subitement quitté cette série à succès : "Ca m'a un peu atteinte"
15 janvier 2024
Les articles similaires
J'ai pu voir Sous la Seine (Netflix), le premier film de requin parisien de l'histoire (et j'ai même rencontré sa star sur une péniche !) play_circle
CINÉ SÉRIE
J'ai pu voir Sous la Seine (Netflix), le premier film de requin parisien de l'histoire (et j'ai même rencontré sa star sur une péniche !)
4 juin 2024
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle
21 mai 2024
Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon) play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé découvrir en salles LE film d'horreur événement du moment (et je ne verrai plus jamais les chiens de la même façon)
19 mai 2024
Dernières actualités
10 ans après sa sortie, le film le plus triste du cinéma brise les coeurs des abonnés Netflix : "Je suis dévasté" play_circle
CINÉ SÉRIE
10 ans après sa sortie, le film le plus triste du cinéma brise les coeurs des abonnés Netflix : "Je suis dévasté"
19 juin 2024
Il a interprété Gandalf et Magnéto : pourquoi la santé de Ian McKellen inquiète tant les fans ? play_circle
CINÉ SÉRIE
Il a interprété Gandalf et Magnéto : pourquoi la santé de Ian McKellen inquiète tant les fans ?
18 juin 2024
Dernières news