Brétigny-sur-Orge : les cadavres du train Intercités Paris-Limoges pillés ?
Brétigny-sur-Orge : les cadavres du train Intercités Paris-Limoges pillés ?
Le déraillement du train Intercités Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge est dans toutes les têtes. Le dernier bilan humain fait état de 6 morts et de nombreux blessés, dont certains encore ce samedi dans un état grave. Comme si ce fait divers n'était pas assez horrible, le drame se transforme aujourd'hui en dégoût avec des révélations gerbantes. Sur place, juste après l'accident, des jeunes auraient caillassé les secours pour piller les cadavres. Bienvenue en 2013, et bienvenue en France.

La scène semble tout droit sortie d'un film coup de poing à l'américaine. Une scène que les spectateurs trouveraient peu réaliste, et pourtant. A en croire divers témoins, les médias présents sur le lieu du drame mais également des élus de droite comme de gauche, des pourritures de pillards seraient venus vider les poches des victimes et des cadavres du train Intercités Paris-Limoges qui a déraillé en gare de Brétigny-sur-Orge.

Brétigny-sur-Orge : faux secours pour mieux piller les cadavres

Au micro d'Europe 1, Nathalie Michel, du syndicat de police Alliance, raconte la scène immonde : "A 17 heures 30, alors que nos collègues interviennent, ils voient un groupe de jeunes qui approchent et qui semblent porter secours aux victimes. Très rapidement, ils se rendent compte que ces individus sont présents pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres".

Jets de pierres contre les policiers et pompiers

Dégueulasses jusqu'au bout, les pillards auraient ensuite empêché les secours d'intervenir en jetant des pierres sur les policiers et pompiers présents sur les lieux. Jérôme Guedj, député PS de l'Essonne, s'est alors empressé de réagir à cet acte odieux, dénonçant de "sombres crétins inhumains". Avant d'ajouter : "Ne rien minimiser. Ne rien taire. Mais ne rien exagérer non plus (pas de scène de pillage, dixit des secouristes)".

Des "actes isolés" selon le ministre

Du côté du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, il s'agirait simplement d'"actes isolés" et d'"une tentative de vol de portable". Quant aux jets de pierre sur les pompiers, Frédéric Cuvillier préfère parler d'un accueil "un peu rude". Les mots auraient probablement été légèrement différents si cet accueil lui avait été personnellement réservé.

Egalement dans l'actu : les pharmacies en ligne débarquent légalement en France / Le pass Navigo dézoné cet été / Attentats de Boston : Djokhar Tsarnaev plaide non-coupable

News
essentielles
sur le
même thème