Brétigny-sur-Orge : le procureur confirme les jets de pierres et vols sur victimes
Brétigny-sur-Orge : le procureur confirme les jets de pierres et vols sur victimes
Deux semaines après le déraillement du train Corail Intercités en gare de Brétigny-sur-Orge, les conditions de l'accident s'éclaircissent un peu. Le procureur a confirmé les premiers éléments de l'enquête de la SNCF, qui pointait du doigt une éclisse défaillante, ainsi que les jets de pierre et vols sur victimes.

Le procureur d'Evry, Eric Lallement, a indiqué mercredi avoir "la certitude" qu'au moins "deux vols ont été commis au préjudice de deux passagers" juste après le déraillement du train Corail Intercités en gare de Brétigny-sur-Orge.

Des vols mais pas de "pillages"

Le syndicat de Police Alliance l'affirmait tout comme un document confidentiel de la direction centrale des CRS, le procureur d'Evry, Eric Lallement vient de le confirmer. Malgré les démentis de la préfecture et du gouvernement, certaines victimes de Brétigny-sur-Orge ont bien été victimes de vols. "Il y a eu deux vols au préjudice de deux passagers" a déclaré le procureur lors d'une conférence de presse au Palais de Justice d'Evry. "Un agenda, une facture d'ordinateur, un chéquier et une veste avec un portefeuille ont été retrouvés à la station Châtelet, à la gare RER" a-t-il poursuivi avant de préciser qu'il refusait d'utiliser le mot "pillages", qui n'est "pas un terme juridique".

Des jets de pierre

Selon le procureur, un médecin du Samu aurait également porté plainte après avoir été agressé par un groupe de jeunes. Il a également confirmé les "jets de pierres" contre cinq pompiers, mais "les forces de l'ordre sont rapidement intervenues et l'événement grave a été immédiatement maîtrisé". Ces caillassages n'auraient fait aucun blessé supplémentaire.

L'éclisse défaillante confirmée

Il a également confirmé la thèse de l'éclisse défaillante, avancée par la SNCF. La responsabilité du conducteur tout comme l'hypothèse d'un acte malveillant sont donc écartées.