C'est ce mercredi 20 mars que sort au cinéma le film Warm Bodies, Renaissance. Adapté du roman Vivants écrit par Isaac Marion, le long-métrage nous propose une version particulière et inédite d'un monde post-apocalyptique. Un monde de zombies peut-être mais un monde où l'amour peut triompher. Attention, quelques spoilers se cachent dans cette critique.

De l'innovation dans un monde vu et revu

Si les vampires avaient la cote il y a quelques années, ce sont les zombies qui sont maintenant partout. La preuve avec le succès de la série Walking Dead sur AMC. Les zombies sont d'ailleurs tellement présents qu'on en ferait presque une overdeose. Mais avec Warm Bodies, on a un peu l'impression de les redécouvrir.

D'abord car ils peuvent penser à l'image de R (Nicholas Hoult), le protagoniste de l'histoire qui nous confie ses états d'âmes via voix-off. Mais également car ils peuvent prononcer quelques mots, courir ou encore ouvrir des portes. Rien à voir avec les monstres répugnants des autres films et séries.

Dans Warm Bodies, il y a pire qu'un zombie. Cela s'appelle un Osseux, un horrible monstre qui, lui, ne pense plus et n'agit que par instinct. Dans son aéroport désaffecté où traînent des centaines de ses semblables, R se sent seul et voudrait reprendre contact. Son souhait va être exaucé.

Des Roméo et Juliette d'un nouveau genre

Alors qu'il attaque un groupe d'humains, il croise le regard de Julie (Teresa Palmer). Cette dernière est la fille du Général Grigio qui a pris les opérations en main du côté des survivants. S'il tue le petit-ami de cette dernière (pour lui manger le cerveau et lui voler ses souvenirs), sa rencontre avec la jolie blonde va changer quelque chose en lui. Petit à petit, il va changer, parler, se transformer. Rapidement, il se rend compte que son histoire avec Julie pourrait bien changer son destin et celui du monde entier.

Mais bien évidemment, leur amour n'est pas gagné d'avance. Il ne faut pas oublier que R est un zombie. Et au contraire de Bella dans Twilight, Julie est loin d'être attirée par lui. De plus, Julie est indépendante, forte et n'a pas peur de grand-chose.

Des acteurs éblouissants

Une grosse partie de Warm Bodies repose sur les épaules de Nicholas Hoult. L'ex petit-ami de Jennifer Lawrence se dévoile encore une fois après sa très bonne prestation dans le film A Single Man. Il faut dire que son rôle est loin d'être évident entre les heures interminables de maquillage et le peu de dialogue qu'il prononce. Mais l'acteur britannique sait communiquer autrement : avec ses yeux. De quoi nous faire oublier Robert Pattinson !

Face à lui, on retrouver Teresa Palmer déjà aperçue dans Numéro Quatre et qui est autant belle et séduisante que forte et combattive. On retrouve également au casting John Malkovich en père protecteur et Dave Franco, le petit-frère de James Franco, dans le rôle du petit-ami de Julie, Perry.

Notre avis

Warm Bodies n'est pas un Twilight n°2, un film fleur bleu pour les jeunes filles. Le réalisateur Jonathan Levine réussit à mêler l'amour, le fantastique mais aussi le sombre et le violent. Vous en ressortirez ravis et conquis !

Nicholas Hoult
No Way Out : Felicity Jones et Nicholas Hoult au coeur d'une course-poursuite intense
Warm Bodies Renaissance en DVD le 24 juillet
Nicholas Hoult : le British qu'on va voir partout en 2013, et c'est tant mieux
Box-Office US : Warm Bodies, le zombie Nicholas Hoult enterre Hansel & Gretel
voir toutes les news de Nicholas Hoult Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème