Suis-nous sur Snapchat

Purebreakoff

Les films de Noël : pourquoi on continue de les regarder malgré les clichés et les scénari pourris ?
Les films de Noël : pourquoi on continue de les regarder malgré les clichés et les scénari pourris ?
Histoires clichées, jeu d'acteur pas terrible, dénouement couru d'avance... Les téléfilms de Noël ne sont pas vraiment des chefs-d'oeuvre du septième art. Et pourtant, ils sont toujours autant appréciés et restent notre petit plaisir coupable en période de fêtes de fin d'année. Mais pourquoi on continue de les regarder ?

Les films de Noël VS les téléfilms de Noël

Le Grinch, Maman, j'ai raté l'avion, Love Actually, La course au jouet, The Holiday, Le Père Noël est une ordure... Les films de Noël réussis sont nombreux, que ce soit sur un géant vert qui terrorise des Choux qui vivent dans un flocon de neige (non, on a pas fumé), un petit garçon abandonné par ses parents le soir du 24 décembre (on s'est dit que c'était pour pas dépenser leurs payes dans les cadeaux de Noël) ou encore le premier ministre anglais qui tombe in love de sa secrétaire (et non pas en version Bill Clinton et Monica Lewinsky).

Le casting y est aussi pour quelque chose. Eh oui, les stars les plus célèbres ont participé à des films de Noël comme Hugh Grant, Cameron Diaz, Jim Carrey ou encore Arnold Schwarzenegger. Vous pourrez même bientôt admirer Emilia Clarke, alias Daenerys de Game of Thrones dans Last Christmas (le 27 novembre 2019 au cinéma). Mais les téléfilms de Noël, eux en revanche sont loin d'être des chefs-d'oeuvre du septième art.

La chaîne américaine Hallmark en a fait sa Madeleine de Proust et Netflix sort un téléfilm de Noël inédit par semaine depuis le 1er novembre 2019. Le problème c'est que ce sont souvent des navets, contrairement aux longs-métrage cultes cités plus haut.

Scénario pas terrible, jeu d'acteur moyen...

Le problème des téléfilms de Noël qui passent tous les jours sur TF1, M6 et leurs chaînes de la TNT ? Le scénario n'est jamais top. Pire, on sait même déjà comment ça va se passer et comment ça va se terminer. Car comment dire, les synopsis de départ sont courus d'avance. Une jeune femme célibataire doit se trouver un mari avant le 25 décembre et va tomber amoureuse de ce faux époux insupportable qu'elle emmène dans sa famille. Une jeune femme s'éprend d'un jeune homme sans savoir qu'il est prince et ce dernier va apprécier l'authenticité de celle-ci et donc également finir in love. Une jeune femme quitte New York (ou n'importe quelle grande ville) pour sa campagne natale. Là-bas, son coeur va s'éprendre de celui dont elle pensait ne jamais aimer. Bref, c'est un peu comme les Martine, ils sont déclinés à toutes les sauces mais ce sont toujours les mêmes mécanismes qui sont utilisés.

A ce manque d'originalité dans l'histoire et le happy end auquel on s'attend tous en sachant avec quel personnage l'héroïne va finir dès leur première scène ensemble, s'ajoute des scènes gnangan. Loin des séquences drôles, décalées ou vraiment émouvantes des films de Noël, celles des téléfilms de Noël sont tellement mièvres qu'elles en donnent la gerbe. Par exemple, on pense au combo bouquet de fleurs, chocolats en forme de coeur, musique bien guimauve et décor de rêve pour une demande en mariage. En fait, ça en devient ridicule parce que c'est toujours too much.

Autre gros souci : l'absence de réalisme. Il y a toujours au moins un des deux héros qui est pété de thune au point de vivre dans un loft avec vue sur les montagnes enneigées ou dans un château avec du personnel. Les protagonistes sont si loin des gens "normaux" (en clair, la majorité des personnes de la classe moyenne) qu'ils sont coupés de la réalité. Robes de gala, bijoux en diamants, voyages à l'autre bout du monde... S'ils gagnaient un SMIC, ils ne vivraient pas du tout la même vie. Alors ouais ça fait rêver, mais ça semble à des années lumière de la vraie vie et donc on ne croit pas en leur histoire.

Les acteurs et les actrices sont choisis pour leurs physiques mais pas forcément pour leur jeu d'acteur. Pas de Hugh Grant à l'horizon mais plutôt des Vanessa Hudgens, Lacey Chabet (alias Gretchen dans Lolita malgré moi) ou encore Bethany Joy Lenz et Hilarie Burton des Frères Scott (Haley et Peyton). On a rien contre eux, c'est juste que ce n'est pas du même niveau que Julia Roberts. Et avec les répliques cucul la praline (oui ça se dit encore quand on est né avant 1993) que les scénaristes leur donnent, ils ne peuvent pas faire de miracle.

Sans oublier les gros plans sur eux quand ils ont une révélation en mode Les feux de l'amour et la musique triste qui accompagne les héroïnes quand elles pleurent ou au contraire la musique romantique dès qu'il y a un échange de baiser. Tout y est cliché sur cliché. Bref, les raisons de ne pas aimer les téléfilms de Noël sont nombreuses. Et pourtant, on continue de les mater.

Pourquoi on continue de les regarder ?

Ils nous font retomber en enfance

Les téléfilms de Noël nous renvoient à notre enfance, à nos fêtes de fin d'année, entourés par notre famille. Les chants de Noël, les bons repas, papy et mamie... On a l'impression de remonter le temps ! Ils sont régressifs, un peu à l'image des dessins animés Disney. On les connaît par coeur mais on les regarde chaque année pour se remémorer de bons souvenirs et avoir l'impression qu'on reste des gosses, même si on est censés être adultes et avoir des responsabilités. Les factures et les problèmes du bureau nous paraissent loin quand on les regarde, on veut juste de nouveau se sentir comme des enfants, comme si on était Peter Pan et qu'on n'avait jamais grandi.

Ils nous rassurent

Les téléfilms de Noël se terminent quasiment toujours par un happy end, comme les comédies romantiques. Cela peut en agacer certains mais, clairement, savoir qu'on aura une fin heureuse nous met en joie. On sait que quoi qu'il arrive au fil des scènes, une méchante belle-mère, une collègue timbrée ou une rupture, tout ira bien dans le meilleur des mondes. Contrairement à la réalité de la vie qui n'est pas toujours toute rose, on peut compter sur les films de Noël pour nous montrer des relations idylliques et des familles heureuses histoire de nous remonter le moral. Même s'il fait froid dehors, qu'il fait déjà nuit alors qu'il est 17h et que tout va mal dans votre vie, le scénario tout aussi guimauve que les sucreries que vous mangez devant votre écran vous fera du bien. Et avec un chocolat chaud et un plaid, c'est encore mieux qu'une thérapie !

Ils nous remplissent d'amour

"Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau" chantaient Roméo et Juliette (ou plutôt Damien Sargue et Cécilia Cara) dans le tube Aimer. A part les cyniques (et encore, même eux restent des êtres humains pourvus de sentiments), tout le monde adore l'amour. Cela tombe bien, les films de Noël sont remplis de messages d'amour, alors forcément, ils nous rassemblent et nous donnent envie de les voir et de les revoir. Et ils nous rappellent aussi que les valeurs et la famille, c'est le plus important. Ces comédies nous redonnent ainsi foi en nous et en l'humanité. A la fin, on a juste envie d'aller dire "je t'aime" à nos frères, soeurs, parents, grands-parents et de faire des cadeaux.

Ils sont bons pour la santé

Si on kiffe autant les téléfilms de Noël, c'est aussi parce qu'ils sont bons pour la santé selon le Dr Jo Gee. Se confiant à LADbible, le psychothérapeute a assuré que "des études montrent que l'ocytocine, notre 'hormone du câlin' est déclenchée lorsque nous regardons des films réconfortants, et que cette augmentation peut même être mesurée dans le sang. Ces hormones ne nous font pas seulement nous sentir bien, mais peuvent également diminuer le stress et la tension, nous amenant à nous sentir en meilleure santé et renforcer l'immunité". C'est donc prouvé scientifiquement, ils sont bons pour nous. Alors que le marathon des films de Noël et des téléfilms de Noël commence !

News
essentielles
sur le
même thème