Ce dimanche 13 septembre, c'était la rencontre la plus tendue de la Ligue 1 Uber Eats : le PSG affrontait l'OM au Parc des Princes. Une rencontre sous le signe des tensions en dehors mais aussi sur le terrain. Bannières injurieuses, insultes racistes, bastons et défilé de cartons rouges, le match opposant la team de Neymar et celle de Dimitri Payet ne s'est vraiment pas passé dans la bonne humeur. Et les célébrations sans masque et sans distanciation qui ont suivi n'ont pas redoré l'image des supporters...

La paix entre les équipes du Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille, ce ne sera pas pour 2020. Ce dimanche avait lieu la rencontre PSG-OM, finalement remportée par les Marseillais 0-1 sur un but de Florian Thauvin. Un match qui ressemblait plus à un combat de coqs qu'à du football...

Des bannières polémiques avant la rencontre

Tout avait commencé bien avant le coup d'envoi, dans les rues de Paris. Les ultras du PSG y ont déployé plusieurs bannières à l'attention des joueurs de l'OM et plus particulièrement du Français Dimitri Payet. Des messages injurieux et grossiers qui ont été décriés par de nombreux supporters sur les réseaux sociaux. L'une d'elle (présente sur le dernier tweet) contenait même des propos homophobes qui ont été dénoncés par l'association Rouge Direct qui lutte contre l'homophobie.

Autant dire que les responsables de ces banderoles ont dû moins rigoler en voyant le score final : l'OM a, avec cette rencontre, battu pour la première fois le club parisien depuis 9 ans. Histoire de se moquer des supporters ayant déployé ces banderoles, le compte Twitter officiel de l'Olympique de Marseille a modifié l'une des images et écrit à la place de l'insulte homophobe : "PSG-OM C'est pas la capitale, c'est Marseille bébé !" le tout avec la mention "Karma" dans le post.

Pluie de cartons rouges

Les joueurs étaient en tout cas aussi chauds et tendus que les supporters sur la pelouse du Parc des Princes. Si un seul but a été marqué, l'arbitre a eu du boulot... pour séparer les deux équipes. Suite à une faute de Paredes, une bagarre générale a éclaté entre les joueurs en fin de match. Résultat ? Trois cartons rouges pour les joueurs du PSG (Neymar, Kurzawa et Paredes) et deux pour les Marseillais (Amavi et Benedetto) mais aussi 14 cartons jaunes (oui, rien que ça) tout au long du match.

Neymar et Alvaro s'écharpent sur Twitter

Mais l'affrontement c'est aussi poursuivi dans la nuit sur les réseaux sociaux. Après avoir alerté l'arbitre en cours de match face à l'attitude d'Alvaro Gonzalez, Neymar a accusé son adversaire de racisme sur Twitter. "Je veux qu'ils montrent l'image du raciste qui me traite de fils de p*te de singe" a tweeté le joueur du PSG. Ce à quoi Alvaro Gonzalez a répondu, lui aussi sur Twitter : "Il n'y a pas de place pour le racisme (...) Parfois, il faut apprendre à perdre et à l'assumer sur le terrain" a-t-il posté. Mais Neymar n'a pas lâché l'affaire et a répondu à ce message : "Tu n'es pas un homme à assumer ton erreur, perdre fait partie du sport. Mais insulter et être raciste, non, je ne suis pas d'accord. Je ne te respecte pas. Tu n'as aucun caractère. Assume. Sois un homme. Raciste".

Et comme si on en avait déjà pas assez, ce match fait aussi polémique par les célébrations des supporters à Marseille qui ont fêté leur victoire... sans distanciation et, pour beaucoup, sans masque. Mais bon, vu où on en est, plus rien ne nous étonne...

Neymar
PSG-OM : insultes racistes, bastons, célébrations sans masque... quand le clasico dégénère
PSG-Lens : après la défaite, l'entraîneur est pessimiste même avec les retours de Neymar et Mbappé
PSG-Dortmund : les supporters parisiens et Layvin Kurzawa fêtent la victoire malgré le coronavirus
Neymar : "Pourquoi partir du PSG ?", le joueur déclare son amour au club de Paris
voir toutes les news de Neymar Découvrir plus d'articles