6 photos
Voir le diapo
En visite à Rio de Janeiro au Brésil, le pape François a fait une arrivée mouvementée. Il a été accueilli par une foule hystérique et des manifestants qui dénoncent les 53 millions de dollars que coûtent aux contribuables brésiliens la visite du pape à Rio. Une visite sous haute-tension, renforcée par la découverte d'une bombe artisanale sur le trajet de sa visite.

La visite du Pape à Rio pour les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) s'annoncent sous haute tension pour l'armée brésilienne. D'un côté, des fidèles un peu trop exaltés, de l'autre un mouvement social qui ne faiblit pas au Brésil.

Bain de foule et manifestations sociales

Depuis son élection le 13 mars dernier, son voyage au Brésil est le premier en dehors d'Italie. Il était donc attendu comme le messie dans ce pays très catholique. L'arrivée du pape François à Rio, lundi 22 juillet, a été quelque peu mouvementée. Une foule hystérique l'attendait, qui bloquait parfois sa voiture afin de le saluer. Mais ce sont les manifestations sociales, qui ont commencé il y a plus d'un mois, qui inquiètent l'armée chargée de la sécurité du Pape et des JMJ. Peu après la réunion du petit rigolo du Vatican avec la présidente Dilma Rousseff, lundi soir, la police a dispersé plusieurs centaines de manifestants à l'aide de gaz lacrymogène. Ils protestaient contre les 53 millions de dollars dépensés pour accueillir le Pape.

Une bombe artisanale neutralisée

D'autres manifestations sont prévues les prochains jours, notamment jeudi soir et vendredi soir lors des cérémonies des JMJ près de la plage. Un engin explosif artisanale a par ailleurs été découvert et neutralisé par la police brésilienne, à proximité d'un sanctuaire catholique de la ville d'Aparecida, où doit se rendre le Pape cette semaine. Suite à ces péripéties, François a décidé de prendre un jour off ce mardi. Peut-être en attendant, pardonnera-t-il les péchés sur Twitter...