N'Golo Kanté est peut-être connu pour sa gentillesse ultime, mais il ne faut pas en abuser. Le Champion du Monde 2018 a décidé de porter plainte contre son agent d'image, Nouari Khiari, pour "escroqueries", "tentative d'escroquerie", "abus de confiance" et "exercice illégal de la profession d'agent sportif". Une plainte sur laquelle le milieu de terrain de Chelsea s'est exprimé.

Depuis la Coupe du Monde 2018, les Français se sont découvert un nouveau chouchou : N'Golo Kanté. Le milieu de terrain de Chelsea et des Bleus est très apprécié pour ses performances sur le terrain, mais aussi pour son caractère humble et sa gentillesse. Malheureusement, certains en auraient profité pour en tirer avantage. C'est, selon le footballeur, le cas de son agent d'image, Nouari Khiari, contre qui il a porté plainte pour "escroqueries", "tentative d'escroquerie", "abus de confiance" et "exercice illégal de la profession d'agent sportif".

N'Golo Kanté porte plainte contre son agent d'image

Une plainte qu'il explique dans une interview accordée au quotidien L'Equipe : "Cette personne m'a proposé une collaboration pour l'exploitation de mon image, en me disant que je pouvais changer la vie de mes proches en suivant certains conseils. Les choses ne se sont pas passées comme prévu et j'ai voulu me séparer de lui. Là, ce n'est plus la confiance et la morale qui prévalent. Ce sont les contrats. Donc oui, j'ai signé un contrat qui me pose problème. Cette personne a décidé de s'appuyer là-dessus pour me nuire le plus possible.".

Après lui avoir versé 150 000 euros en 2017, l'agent lui aurait réclamé le double. "On avait trouvé un accord pour résilier le contrat, mais cette personne est revenue dessus. En parallèle, elle tente de faire circuler des choses diffamatoires sur mon entourage ou auprès de mon entourage pour exercer une pression sur moi. (...) Aux premières petites tensions entre nous, elle est subitement devenue insistante sur l'aspect financier. Elle a commencé à me demander des sommes importantes pour des choses qui n'étaient pas justifiées ou effectuées. Dans un premier temps, j'ai accepté de payer. Mais cette personne a refusé de justifier son travail."

"J'estime que ma confiance a été abusée"

Aujourd'hui, celui que l'on dit être trop gentil refuse de laisser faire : "Aujourd'hui je ne suis plus lié à lui et j'ai dû entreprendre des actions en justice. J'ai mis le dossier entre les mains d'un cabinet d'avocats". Il ajoute : "J'estime que ma confiance a été abusée. (...) J'ai été trop gentil. J'ai voulu croire en l'honnêteté et la sincérité de cette personne. Mais elle était seulement motivée par l'aspect financier". Un différend qui a des répercussions sur sa vie professionnelle : "C'est fatiguant... Ce sont des choses auxquelles je dois penser et consacrer du temps. (...) Maintenant, je me dis que ce problème peut me sensibiliser davantage sur les coulisses de ma carrière".

News
essentielles
sur le
même thème