Les élections municipales n'ont lieu qu'en 2014. Pourtant, la guerre est déclarée entre les deux favorites à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Après les propos de Nathalie Kosciusko-Morizet envers Anne Hidalgo, la concurrente PS a décidé de contre-attaquer. Elle annonce vouloir porter plainte pour diffamation contre NKM.

Alors que Gérard Depardieu cherche à fuir Paname, en offrant sa demeure parisienne à la Russie, d'autres se battent pour la capitale. NKM et sa concurrente PS Anne Hidalgo se crêpent le chignon pour succéder à Bertrand Delanoë à la tête de la mairie de Paris. Si les élections municipales n'ont lieu qu'en 2014, la guerre est déjà déclarée entre les deux adversaires. Accusée à tort par NKM, Hidalgo ne compte pas se laisser faire. Elle veut porter plainte pour diffamation contre son ennemie jurée.

Hidalgo porte plainte

Depuis que Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé sa candidature à la mairie de Paris, le ton est déjà monté plusieurs fois entre les deux femmes. Anne Hidalgo accuse accuse l'ex-maire de Longjumeau de "vouloir se servir de Paris" pour assouvir ses ambitions personnelles. Dernier épisode en date : Anne Hidalgo annonce vouloir porter plainte contre NKM pour diffamation, suite à ses "insinuations calomnieuses".

NKM accuse

En cause ? Les accusations de NKM. Dans un article du JDD, publié dimanche, la candidate UMP confie en avoir assez des "leçons de morale" de sa concurrente. Elle jette alors un pavé dans la marre en affirmant qu'Anne Hidalgo "a été condamnée en 2012 à 20.000 euros d'amende pour travail déguisé à l'Atelier parisien d'urbanisme". Une remarque que l'adjointe à Bertrand Delanoë n'a pas du tout apprécié. Elle s'est alors empressé de contre-attaquer et de démentir, preuve à l'appui, les propos de sa rivale. Et elle semble maintenant bien décidée à porter l'affaire devant les tribunaux.

Match serré entre les deux ennemies

Le menace n'a pas intimidé NKM. Elle a annoncé, très sûre d'elle, attendre "avec une grande sérénité un tel procès si, d'aventure, Mme Anne Hidalgo s'avisait de l'engager". Pour son avocat Maître Dupeux, sa cliente bénéficie "d'éléments sérieux et solides quant à la condamnation de l'Apur pour travail dissimulé, dont Mme Hidalgo assurait alors la présidence". La guerre semble ouverte entre les deux candidates. D'autant plus que le match est serré. Selon un sondage BVA pour Le Parisien, au premier tour les deux ennemies se talonneraient de très près (34% pour Hidalgo et 33 pour NKM). Rien n'est donc encore gagné pour Anne Hidalgo, qui partait pourtant grande favorite. D'autant plus que la mairie de Paris est actuellement sous le feu des critiques. Récemment, les Parisiens, parents et profs, n'ont pas apprécié que l'entrée en vigueur de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013 se fasse sans leur consentement. Un "passage en force" qui pourrait bien faire perdre des points à la candidate PS.