Nouveau dérapage lors d'une manifestation des opposants au Mariage pour tous le 17 avril à Paris
Les tensions sont de plus en plus palpables en ce qui concerne la loi portant sur le Mariage pour tous. Alors que le projet de loi a été approuvé par le Sénat, les manifestants anti mariage gay n'ont pas l'intention d'abandonner la lutte. Après des premiers incidents il y a quelques jours, une nouvelle manifestation avait lieu ce mercredi 17 avril au soir devant l'Assemblée nationale. Une manifestation qui n'était pas vraiment pacifique.

Malgré la rencontre entre Frigide Barjot et Manuel Valls et l'établissement d'une charte de comportement pour le collectif "Manif pour tous", la manifestation d'hier n'a pas vraiment montré que ces règles avaient été comprises. Comme le 13 avril dernier, les opposants au projet de loi du Mariage pour tous ont fait entendre leurs voix et se sont même heurtés à la police devant l'Assemblée nationale qui poursuivait l'étude du projet de loi en seconde lecture.

Jets de bouteilles et de pierres sur la police

La manifestation organisée par le collectif mené par Frigide Barjot était autorisée jusqu'à 22h mais certains manifestants avaient décidé de poursuivre leur action. Certains d'entre eux n'ont d'ailleurs pas hésité à se frotter à la police en jettant des pierres, des fusées et des bouteilles selon l'AFP. Comme lors des débordements du 24 mars, la police a fait l'usage de gaz lacrymogènes.

Des journalistes malmenés

Les manifestants les plus violents, qui seraient d'extrême droite selon l'AFP, ont également pris pour cible des journalistes venus filmer les événements. Thomas Soulié, journaliste pour LCP, a indiqué sur Twitter : "1 équipe de @LCPan prise à partie lors de la #manifpourtous ! Des coups, pas de blessés, matériel détruit. #mariagepourtous"

Des arrestations

Selon la police, 11 personnes auraient été interpellées après ces débordements. Le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait savoir dans un communiqué que d'autres interpellations avaient eu lieu sur les Champs-Elysées pour "dégradations de mobilier urbain et de véhicules". 24 autres personnes qui, elles, menaient un contre-manifestation ont également été interpelées selon une source policière.

Des dérapages condamnés

Manuel Valls a d'ailleurs une nouvelle fois condamnés ces violences qui ont eu lieu après la réunion qu'il a accordé à Frigide Barjot et aux organisateurs du collectif Manif pour tous. Dans un communiqué, le Ministre a fait savoir qu'il n'y aurait "aucune tolérance" face à ces violences. Mais du côté des opposants, on ne compte pas baisser les bras. L'organisation de Frigide Barjot, récemment recadrée par Karl Zéro, sera de nouveau dans les rues le 21 avril.

News
essentielles
sur le
même thème