6 photos
Voir le diapo
Une organisation espagnole mobilisée contre la maltraitance infantile a imaginé une campagne pour le moins originale. Celle-ci s'appuie sur des publicités affichant deux messages différents : l'un d'avertissement visible par les adultes, et un autre d'information que seuls les enfants peuvent voir. Un procédé astucieux expliqué en vidéo.

La maltraitance infantile est un fléau que de nombreuses associations combattent chaque année. Malheureusement, malgré des campagnes toujours aussi présentes dans les lieux publics, cette triste tendance peine réellement à reculer, les enfants se terrant qui plus est très souvent dans le silence par peur d'éventuelles représailles.

L'Espagne contre la maltraitance

Comment donc transmettre un message d'espoir et d'aide à ces jeunes victimes sans éveiller les soupçons des agresseurs qui peuvent parfois les accompagner ? ANAR (Aid to Children and Adolescents at Risk Foundation), une organisation espagnole pour la protection de l'enfance, a imaginé une affiche révolutionnaire dans son utilisation, permettant d'afficher plusieurs informations dont l'une, cachée, est uniquement visible par un enfant.

Une affiche, deux informations

En pratique, un adulte de plus d'un mètre trente-quatre ne verra que la publicité de base, mettant en scène un garçon et sur laquelle est écrite la mention "Parfois la maltraitance des enfants est seulement visible par l'enfant qui en souffre". Un enfant percevra de son côté une version alternative de la pub sur laquelle le visage du garçon, cette fois-ci couvert d'hématomes, est accompagné d'un numéro d'urgence et du message suivant : "si quelqu'un te fait du mal, appelle-nous et nous t'aiderons". Astucieux.

Pour illustrer son fonctionnement, l'ANAR a publié une vidéo de présentation à retrouver dans notre diaporama.

A lire aussi : Fish pédicure : une publicité interdite, attention où vous mettez les pieds / Alcool : un collégien sur six a déjà été ivre / Votre rupture ? Dites-le avec une pizza ! / François Hollande : un remaniement en vue ? "Personne n'est protégé"