Le prix du paquet de cigarettes augmentera doublement entre le 1er juillet et le mois d'octobre 2013
Le prix du paquet de cigarettes augmentera doublement entre le 1er juillet et le mois d'octobre 2013
Encore une hausse du prix du paquet de cigarettes ? Et oui, mauvaise nouvelle pour les fumeurs. Ils devront bientôt débourser 40 centimes de plus pour leur paquet de cigarettes habituel. Il devrait augmenter de 20 centimes au 1er juillet puis encore de 20 centimes au mois d'octobre pour arriver à quasiment 7 Euros en moyenne. Une double hausse surprise qui ne semble satisfaire aucun des deux camps.

Contrairement à l'hypothèse formulée il y a quelques semaines, la hausse des taxes sur le tabac sera immédiatement suivie d'une hausse du prix des cigarettes. Et même d'une double hausse.

Une double hausse entre juillet et octobre

Mauvaise nouvelle pour les fumeurs. Comme l'avait récemment annoncé Marisole Touraine, le prix de leur paquet de cigarette devrait augmenter dans les prochains mois. Et même doublement. Selon une information du Figaro confirmée par Europe 1, il devrait augmenter de 20 centimes au 1er juillet puis une nouvelle fois de 20 centimes en octobre. La hausse devrait être encore plus sensible sur le tabac à rouler. Selon Le Figaro, cette décision serait le résultat d'un "bras de fer politique" entre la ministre de la Santé, qui souhaite faire chuter la consommation de tabac et celui des Finances, qui cherche à préserver les entrées fiscales liées à la vente de cigarettes.

Un "drame" pour les buralistes

La nouvelle n'a bien sûr pas enthousiasmé les buralistes, qui dénonce un "véritable drame économique et personnel". Ils connaissent déjà une baisse importante des ventes de cigarettes traditionnelles depuis la folie e-cigarettes.

Une hausse insuffisante pour les anti-tabac

De leur côté, les militants anti-tabac espéraient une hausse bien plus importante, rapporte Europe 1. Si Gérard Dubois, président d'honneur de l'Alliance contre le tabac, évoque une mini-victoire, il estime : "Pour être efficaces, les hausses doivent être dissuasives et répétées, d'au moins 10% tous les deux ans".