Pas de goudron et très peu de nicotine... La cigarette électronique fait un tabac. Elle est devenue pour beaucoup de fumeurs un substitut économique à la clope. Tous se mettent à vapoter et vantent ses bienfaits et son odeur de myrtille, chocolat ou litchi. Mais des voix commencent à s'élever pointant du doigt l'absenc

Pas de goudron et très peu de nicotine... La cigarette électronique fait un tabac. Elle est devenue pour beaucoup de fumeurs un substitut économique à la clope. Tous se mettent à vapoter et vantent ses bienfaits et son odeur de myrtille, chocolat ou litchi. Mais des voix commencent à s'élever pointant du doigt l'absence d'encadrement du produit. La ministre de la Santé Marisol Touraine vient même de commander une enquête sur l'e-cigarette. Vapoter : bon ou mauvais pour la santé ?

La e-cigarette fait un tabac
Si certains peuvent compter sur Leonardo Dicaprio pour arrêter de fumer, d'autres galèrent comme Katherine Heigl et jètent leur dévolu sur la e-cigarette. Ils sont 500 000 en France à l'avoir déjà adoptée. "Il n'y a pas de fumer sans feu" selon un vieux proverbe. Or la cigarette électronique fait justement son commerce sur le crédo inverse : fumer (en réalité "vapoter") en évitant les désagrément de la clope.

Un substitut à la clope ?
Pas de goudron, pas de mégots et peu de nicotine, la e-cigarette décline également tout un tas de goûts fruités et gourmands : litchi, cerise, mangue, melon ou encore vanille et chocolat. Et avantage non négligeable : elle est très économique. Alors que le budget du fumeur peut parfois avoisiner les 200 euros par mois pour celui qui grille un paquet par jour, celui du vapoteur se situe autour des 50 euros par mois. Mais voilà, la e-cigarette ne peut être considérée comme un substitut à la clope, même si beaucoup l'utilise ainsi. Si elle l'était, comme les patchs ou autres gommes, elle serait vendue en pharmacie et aurait du faire l'objet d'une demande auprès de l'agence du médicament.

Vapoter : sans danger pour la santé ?
Cette nouvelle cigarette est vendue dans de petites boutiques spécialisées, comme Clopinette, qui fleurissent à Paris. Elle ne fait donc l'objet d'aucun encadrement ni contrôle sanitaire. C'est pourquoi la ministre de la Santé Marisol Touraine a ordonné une enquête sur sa nature et ses risques. Un rapport de l'OMS pour la lutte anti-tabac a révélé que quelques dix substances toxiques avaient été identifiées et qu'il pouvait y avoir "des discordances entre la teneur en nicotine selon l'étiquetage et les valeurs réelles". Le corps médical est globalement d'accord pour reconnaître que la cigarette électronique est beaucoup moins toxique que son ancêtre. Alors pourquoi certains pays comme le Brésil, Israël et Singapour l'ont déjà interdite ? Et pourquoi est-elle dans le viseur de l'Etat ?

Thank you for smocking
Son défaut d'encadrement inquiète bien sûr. De plus, le liquide des inhalateurs est fabriqué en Chine et n'est soumis à aucun contrôle sanitaire. Cette e-cigarette est devenue la hantise des industriels proposant des substituts nicotiques, à qui elle pique les clients et fait enrager l'Etat. En cause : elle échappe à tout contrôle et donc toute taxe. Du moins, pour l'instant...

Dans l'actu aussi : Harlem Shake de l'ASSE : Brandao et Jérémy Clément possédés dans les vestiaires / Milliardaire cherche couple pour s'envoyer en l'air...jusqu'à la planète Mars

 

News
essentielles
sur le
même thème