Bac 2018 : des professeurs de philo appellent à la rétention des notes !
Bac 2018 : des professeurs de philo appellent à la rétention des notes !
A quelques jours des résultats du bac 2018, des professeurs de philosophie ont décidé de faire entendre leurs voix. Dans quel but ? Pour lutter contre la réforme du baccalauréat qui devrait s'opérer dès 2021. Comment ? En appelant à la rétention des notes. Les lycéens ne vont pas être très contents...

Les résultats du bac retardés ?

Si pour certains le bac 2018 a été très difficile psychologiquement, entre ceux qui ont dû repasser une épreuve ou d'autres encore ont écrit une pétition jugeant l'épreuve de maths des S trop compliquée, eh bien les difficultés risquent de continuer. Comme le rapporte Le Monde, des professeurs de philosophie correcteurs appellent à la rétention des notes.

Contre quoi se battent-ils ? La grande réforme du baccalauréat, qui doit se mettre en place dès 2021. Quelles sont les académies concernées ? Paris, Orléans-Tours, Amiens, Créteil et Versailles. Les enseignants correcteurs ont appelé à se rassembler mardi 3 juillet, à 14 heures, devant les rectorats en question. Cela va-t-il avoir un réel incident sur les résultats du bac 2018 ? On espère que non pour les lycéens.

"Pour les candidats, les nuisances seront très limitées"

"Nous soutenons le mouvement sans en être à l'initiative" a expliqué Laurent Franck, président de L'Association des professeurs de philosophie de l'enseignement public (Appep), précisant qu'il y a "cinq ou six" commissions d'harmonisation des copies du bac.

Cela veut-il dire que les résultats, qui doivent tomber le vendredi 6 juillet 2018, vont mettre plus de temps à arriver ? Normalement non. "La remise des notes est prévue mardi midi. Les correcteurs mobilisés ne les rendront donc que mercredi, mais je doute que cela retarde, réellement, les jurys de délibération convoqués jeudi, ni même la remise des résultats définitifs, vendredi" a-t-il indiqué.

"Pour les candidats, les nuisances seront très limitées, voire inexistantes" a même assuré Marie Perret, professeure pour l'académie de Versailles, comme l'a également rapporté le journal. Selon elle, "la rétention de notes n'est que de 24 heures et les délibérations, qui auront lieu jeudi 5 juillet, ne s'en verront donc pas affectées. Mais nous voulions attirer l'attention des médias".

Une collègue, Emilie Bathier, professeure dans l'académie d'Orléans-Tours conclut : "Notre seul levier pour être entendus, c'est de faire peur".