#ADayOffTwitch : de nombreux streamers boycottent Twitch pour lutter contre le harcèlement et la haine
#ADayOffTwitch : de nombreux streamers boycottent Twitch pour lutter contre le harcèlement et la haine
Après le #TwitchBlackOut, place au #ADayOffTwitch ! Le hashtag qui peut sa traduire par "une journée sans Twitch" est en TT sur Twitter. Ce 1er septembre 2021, plusieurs streamers du monde entier boycottent la plateforme. Le but ? Dénoncer le harcèlement et la haine (sexisme, transphobie...) ambiante sur Twitch.

Twitch boycotté par plusieurs streamers avec le #ADayOffTwitch

Entre la streameuse Alinity qui maltraitait sont chat en direct, Laink qui avait été insulté en live et dénonçait "l'ambiance de harceleurs" sur Twitch, ou encore Squeezie qui avait clashé Twitch sur les inégalités et le sexisme, la plateforme se fait encore tacler. Le hashtag #ADayOffTwitch, "une journée sans Twitch" en français, a été lancée ce mercredi 1er septembre 2021. Il est même en TT sur Twitter. Ce mouvement initié par Rek It Raven, LuciaEverBlack et Shineypen est simple : ne pas se connecter sur Twitch de la journée, ni pour streamer, ni pour regarder des streams.

Ce "Day Off Twitch" vise à dénoncer le cyberharcèlement. Car oui, il y a des campagnes de harcèlement ciblées et organisées depuis un moment maintenant sur Twitch. Des bots envoient des messages haineux, racistes, sexistes ou encore transphobes aux internautes. Ne pas se connecter à Twitch ce 1er septembre 2021 est donc une façon de boycotter la plateforme et de montrer son soutien aux streamers qui ont été harcelés. "Je pense qu'il est important de se regrouper pour le bien de tous ceux qui ont été affectés et pour montrer que nous n'allons pas reculer" a expliqué RekitRaven au site The Verge.

Twitch avait réagi contre le harcèlement et la haine, promettant des améliorations (qui ne sont pas arrivées)

Le 11 août 2021, le compte Twitter officiel de Twitch avait réagi aux critiques. "Nous avons vu beaucoup de conversations sur le botting, les raids haineux et d'autres formes de harcèlement visant les créateurs marginalisés. Vous nous demandez de faire mieux, et nous savons que nous devons faire plus pour résoudre ces problèmes. Cela passe par un dialogue ouvert et permanent sur la sécurité des créateurs" était-il indiqué dans un tweet.

"Merci à tous ceux qui ont partagé ces expériences difficiles. Nous avons pu identifier une vulnérabilité dans nos filtres proactifs et avons déployé une mise à jour pour combler cette lacune et mieux détecter les discours haineux dans les discussions. Nous continuerons à mettre à jour ce site pour traiter les problèmes émergents" était-il précisé.

"Dans le courant de l'année, nous lancerons des améliorations en matière de détection de contournement des interdictions au niveau des canaux et de vérification des comptes. Nous travaillons dur pour lancer ces outils dès que possible, et nous espérons qu'ils auront un impact important" avait aussi tweeté le compte Twitter de Twitch, "Notre travail n'est jamais terminé, et votre contribution est essentielle alors que nous essayons de construire un Twitch plus sûr. Nous contacterons les membres de la communauté pour en savoir plus sur leurs expériences, et nous vous encourageons à partager vos commentaires via UserVoice".

Sauf que rien n'a changé en un mois, depuis ces messages sur le réseau social. Et le problème du cyberharcèlement et de la haine ambiante avait déjà été décrié plusieurs fois. En juin 2020, des streamers avaient lancé le #TwitchBlackOut contre le sexisme.

Twitter
#ADayOffTwitch : des streamers boycottent Twitch pour lutter contre le harcèlement et la haine
Twitter : un tweet de la police sur les nudes et le revenge porn choque, la police s'excuse
#etudiantspasinfluenceurs : le gouvernement répond aux jeunes qui ne se sentent pas représentés
Docbae faux docteur ? Il a usurpé l'identité d'un italien pendant plus d'1 an, la victime réagit
voir toutes les news de Twitter Découvrir plus d'articles