2 photos
Voir le diapo
Que se cache vraiment derrière la vente des images de la caméra surveillance du Casa Nostra, restaurant touché par les attentats du 13 novembre ? Alors que l'affaire continue de faire polémique, Le Tube a consacré, ce samedi, un sujet sur ce scandale. Et dans l'émission d'Ophélie Meunier, la version du journaliste Djaffer Ait Aoudia, qui s'était confié au Petit Journal, a été remise en cause.

Et un nouveau rebondissement dans l'affaire des images de vidéo surveillance du Casa Nostra. Lundi dernier, le journaliste Djaffer Ait Aoudia dévoilait dans Le Petit Journal les images stupéfiantes de la négociation de la vente de ces images contre 50 000 euros. Oui mais voilà, il n'aurait pas été vraiment innocent dans l'histoire si on en croit Le Tube.

Djaffer Aid Aoudia a-t-il menti au Petit Journal ?

Dans son numéro diffusé ce samedi sur Canal+, l'émission d'Ophélie Meunier remet largement en cause les déclarations du journaliste interrogé par Yann Barthès. Dans un reportage (à découvrir dans notre diaporama), Le Tube explique avoir pu visionner les 4h d'images tournées en caméra cachée par Djaffer Aid Aoudia dans lesquelles il aurait été plus un participant qu'un simple observateur.

A plusieurs reprises, on peut l'entendre encourager le négociateur à poursuivre la transaction et même vanter la qualité des images. "Tout le monde a trouvé refuge ici. Donc nécessairement, tu vas avoir de la vie. Ici, tu vas avoir un peu de panique, de la peur. C'est un endroit clos. Tu dois avoir un angle intéressant" peut-on entendre dans le reportage. De plus, Le Tube rappelle que Djaffer Aid Aoudia avait déclaré être présent dans le cadre d'un reportage pour une télévision suisse, une chose démentie par la chaîne. Djaffer Aid Aoudia aurait refusé de répondre aux questions des journalistes.

La version du patron du Casa Nostra remise en question

Mais l'émission ne remet pas seulement en doute les paroles du journaliste. Après les accusations dont il a fait l'objet, le patron du Casa Nostra avait démenti avoir vendu les images et s'était même exprimé sur France TV Info. Sauf que Le Tube affirme qu'il est bien présent, juste derrière le négociateur qui compte les billets, sur les images filmées en caméra-cachée. On vous rappelle que les images ont été vendues 50 000 euros, en cash, au Daily Mail.

>> Attentats à Paris : Eagles of Death Metal veut être le premier groupe à rejouer au Bataclan <<