Une influenceuse meurt accidentellement en direct sur TikTok... pendant son faux kidnapping
Une influenceuse meurt accidentellement en direct sur TikTok... pendant son faux kidnapping
Pour gagner encore plus de followers sur TikTok, l'influenceuse mexicaine Areline Martinez a mis en scène son kidnapping et l'a filmé pour le diffuser sur l'application. Sauf que durant le tournage, qui a eu lieu en octobre 2020, l'un de ses amis lui a accidentellement tiré dessus, avant de prendre la fuite et de laisser la star des réseaux sociaux de 20 ans... morte sur le lieu du drame.

Quelques semaines après l'annonce de la mort d'Alexis Sharkey, dans des circonstances étranges, une autre influenceuse a été retrouvée sans vie. Il s'agit d'Areline Martinez, une mexicaine de 20 ans célèbre sur TikTok. Que s'est-il passé ? Pour devenir encore plus populaire sur l'application, Areline Martinez a décidé d'organiser son faux kidnapping, en octobre 2020, à Chihuahua, au Mexique, et de le diffuser sur les réseaux. Un faux kidnapping qui s'est terminé en drame !

Un faux kidnapping qui tourne au drame

Sur certaines vidéos, on peut la voir assise sur une pierre, les mains et les pieds liés ainsi que les yeux bandés, entourée de plusieurs personnes. L'un de ses faux agresseurs, qui est en réalité un ami à elle, lui colle ensuite son pistolet sur la tempe et alors que l'arme n'était pas censée être réelle ou du moins chargée, l'homme lui aurait accidentellement tiré une balle dans la tête. Areline Martinez est morte sur le coup.

Après le drame, deux des hommes présents dans les séquences filmées ont pris la fuite à bord d'une Jeep Cherokee : ils ont été identifiés depuis, grâce au kidnapping mis en scène, mais ils restent toujours introuvables. Une enquête a bien évidemment été ouverte pour déterminer la réelle cause du décès de la jeune maman d'un petit garçon d'un an : "Voici l'un des scénarios possible : ils ont fait les malins avec l'arme en pensant qu'elle n'était évidemment pas chargée et le coup de feu, parti tout seul, a accidentellement coûté la vie à la victime", a expliqué le procureur général, César Augusto Peniche Espejel, aux forces de l'ordre.

Il a aussi confié à Proceso : "Si quelqu'un a la responsabilité criminelle, nous aurons la réponse. Il y a plusieurs points à ne pas négliger : la mort malchanceuse d'une jeune femme, l'origine de cette arme et comment ils ont réussi à se la procurer."