Miss Univers 2019 : Swe Zin Htet (Miss Myanmar) est la première candidate du concours à être ouvertement lesbienne et risque la prison dans son pays
Miss Univers 2019 : Swe Zin Htet (Miss Myanmar) est la première candidate du concours à être ouvertement lesbienne et risque la prison dans son pays
C'est la toute première fois dans l'Histoire de Miss Univers qu'une candidate est ouvertement lesbienne. Swe Zin Htet alias Miss Myanmar a fait son coming-out avant le concours de beauté et a révélé les problèmes auxquels sont confrontés les homosexuels dans son pays natal, la Birmanie. En effet, là-bas, elle risque 10 ans de prison, voire la peine de mort parce qu'elle aime quelqu'un du même sexe qu'elle.

Swe Zin Htet (Miss Myanmar)

C'est Zozibini Tunzi, alias Miss Afrique du Sud, qui a été couronnée Miss Univers 2019. Concernant notre frenchy, Maëva Coucke est dans le top 10 (à la 7ème place) malgré sa lourde chute. Mais la candidate qui fait aussi beaucoup parler depuis l'élection, c'est Swe Zin Htet (Miss Myanmar). A tout juste 20 ans, elle a fait son coming-out le 29 novembre 2019 sur le blog Missosology. La reine de beauté entre ainsi dans l'Histoire en devenant la première de cette compétition à être ouvertement gay. L'an dernier, le concours avait sa première candidate transgenre avec Angela Ponce (Miss Espagne). Preuve que petit à petit, cette cérémonie évolue avec son temps.

Sauf que dans son pays natal, le Myanmar (anciennement la Birmanie), l'homosexualité est encore considéré comme un crime. En avouant ainsi publiquement être lesbienne, elle pourrait risquer 10 ans de prison, voire la peine de mort.

Un chose que Swe Zin Htet a évoqué en interview avec People. Celle qui est en couple avec la chanteuse birmane Gae Gae depuis trois ans a expliqué : "J'ai une plateforme via laquelle, si je déclare que je suis lesbienne, cela aura un impact fort sur la communauté LGBTQ en Birmanie". "Ce qui est difficile, c'est qu'à Burma les gens LGBTQ ne sont pas acceptés" a-t-elle regretté, "Ils sont méprisés par les autres et discriminés".

Elle revient sur son coming-out "difficile"

Avant de faire son coming-out public, elle en avait fait un en privé, auprès de ses proches, il y a 5 ans. Ses parents ont mal vécu cette annonce : "Au début, ils étaient en colère. Ils ne l'acceptaient pas. Mais plus tard, au fil du temps, ils se sont davantage renseignés sur la communauté LGBTQ et ils ont fini par m'accepter telle que je suis".

C'est à l'âge de 15-16 ans que la star birmane surnommée "Superman" par ses fans a compris son orientation sexuelle. Cela a été "plutôt difficile" pour elle à accepter au début. "Mais après quelques temps, je me suis vraiment sentie gay et je l'ai accepté" a-t-elle indiqué.

Paula Shugart, la présidente du concours Miss Univers a de son côté confié être heureuse et "honorée d'offrir une tribune à des femmes fortes et inspirantes comme Miss Myanmar, qui sont assez courageuses pour partager leurs histoires uniques au monde entier".

Miss Univers
Miss Univers 2019 : Swe Zin Htet (Miss Myanmar) fait son coming-out et marque l'Histoire
Miss Univers 2018 : Miss Philippines couronnée, ses déhanchés éclipsent la Française Eva Colas
Miss Univers 2018 : Eva Colas dévoile sa tenue sexy hommage aux Champions du monde et à Vegedream
Paulina Vega Dieppa (Miss Univers 2015) : un corps d'origine ou recours à la chirurgie esthétique ?
voir toutes les news de Miss Univers Découvrir plus d'articles
News
essentielles
sur le
même thème