"Playtime" est une invention qui va ravir les célébrités féminines. Et pour cause : sous ce nom se cache une robe "anti-paparazzi", l'une des dernières créations du designer canadien Ying Gao, dont la conception permet entre autres de flouter les clichés pris par les photographes. Une révolution pour les stars ?

Pour les célébrités, l'ennemi public n°1 est le paparazzi à l'image de celui qui les mitraille quotidiennement au risque de se faire insulter, voire maltraiter. Ying Gao, un designer canadien, pourrait cependant avoir créé l'invention ultime pour aider les stars, principalement féminines, à se débarasser de ces nuisibles photographiques : une robe "anti-paparazzi".

Une robe anti-paparazzi

Plus concrètement, l'artiste a imaginé une collection de vêtements, baptisée "Playtime", capable de troubler l'image prise par un photographe, rendant ainsi l'exploitation du cliché impossible. "Quand quelqu'un essaye de capturer une image de la robe, que ce soit avec une caméra ou un appareil photo, le vêtement bloque la lentille, puis transforme et déconstruit l'image. Elle devient vague et floue", a expliqué Ying Gao à Wired.

Sur le site officiel du projet, Ying Gao écrit que "la première robe devient floue, comme dissimulée physiquement dans l'image fixe ou animée", tandis que la deuxième "réagit au flash de la caméra en émettant une lumière intermittente qui vient tromper la caméra et altérer la prise de vue".

Un projet détourné

Si ces robes pourraient bien devenir des armes redoutables contre les paparazzi, ce n'est pourtant pas le but recherché par son créateur. "Ce projet n'est pas un projet anti-paparazzi. Il s'agit d'un projet de design expérimental. Nous n'avons rien à faire des célébrités et des paparazzi. Ce qui nous importe : l'expérimentation, la métaphore et Jacques Tati". "PlayTime" tire son nom du film du réalisateur dans lequel le public est invité "à réfléchir aux apparences et à la perception des objets dans l'espace urbain" souligne Ying Gao.

A lire aussi : Miley Cyrus veut récupérer Liam Hemsworth... en le rendant jaloux / Denis Brogniart face à la police des polices : un reportage gênant