CINÉ SÉRIE
J'ai testé en salles ce film bien plus radical que "Cinquante nuances de Grey" (il parle pourtant du même sujet)
Publié le 19 mai 2024 à 16:00
Par Clément Arbrun | Journaliste société
Journaliste spé Société et Pop Culture, Clément s'intéresse autant aux punchlines de Virginie Despentes qu'à celles de Megan Thee Stallion, aux perruques de Bilal Hassani qu'aux blagues de Panayotis Pascot. Il aiguise principalement sa plume en papotant féminismes, genre et fashion, ce qui lui permet de parler d'Harry Styles, des gens pas toujours fréquentables qui emploient le mot "woke" sur Twitter et des dernières prods Netflix. Malin.
Voir en public un film qui traite d'un sujet bien sulfureux et le fait sans la moindre pudeur, c'est toujours spécial. C'est un peu ca, l'expérience "La vie selon Ann". Je vous raconte.
J'ai testé en salles ce film bien plus radical que "Cinquante nuances de Grey" (il parle pourtant du même sujet)
La suite après la publicité

Si vous avez déjà vu en salles - comme ce fut mon cas - des films comme Nymphomaniac (le chef d'oeuvre de Lars Von Trier avec Charlotte Gainsbourg) vous connaissez certainement la gêne éprouvée à subir en public des scènes de fesses. Croyez moi d'expérience cependant, il suffit parfois d'une séance bien moins explicite pour susciter silences pesants et toux éloquentes. Une atmosphère plus lourde qu'un temps parisien.

>> Porno, ultraviolence et fin du monde : le cinéaste le plus scandaleux d'Europe au coeur d'une exceptionnelle rétrospective à Paris <<

Par exemple ? Et bien il n'y a qu'à tenter au cinéma, comme je l'ai fait, l'étonnant La vie selon Ann, un premier film audacieux qui vient de sortir en salles et relate le quotidien de Ann, donc - interprétée par la scénariste/réalisatrice elle-même - une new yorkaise paumée qui tue l'ennui en nouant des relations sadomasochistes avec des amants de passage. Ordres décochés entre maître et "soumise" (ainsi qu'elle s'autoproclame), déguisements étranges, fessées, performances de domination très impudiques - et consenties...

>> 25 ans après, j'ai revu au ciné l'un des Star Wars les plus malaimés, et ce fut une expérience mouvementée <<

Vous l'aurez compris au vu de mes énumérations, cette comédie noire est totalement sans filtre dans son exploration de la sexualité dite "alternative" : l'imaginaire BDSM. Mais le sujet, bien mieux illustré que dans un Cinquante nuances de Grey opportuniste, permet d'aborder plein d'autres choses, et c'est cela qui m'a particulièrement réjoui. Car je ne m'y attendais pas, mais on est loin, très loin de la provoc trash facile.

Un film qui parle de nos vies... A travers le s*xe

C'est quoi le gros souci de Cinquante nuances de Grey ? À mon sens, par-delà ses qualités artistiques très relatives, c'est, comme ont pu en témoigner les personnes concernées, de banaliser attitudes toxiques, clichés bien vieillots et stéréotypes sexistes peu réjouissants sous couvert de sujet "hot", scandaleux, sulfureux, traité totalement par-dessus la jambe - j'assume le jeu de mots douteux.

>> Ce livre a joliment bousculé ma vision de la téléréalité (et mes gros préjugés) <<

À l'inverse, je constate que La vie selon Ann privilégie une intention réaliste et respectueuse. Par exemple, l'enjeu fondamental du consentement est constamment au coeur des séquences les plus osées et folles. Même quand notre protagoniste se déguise en cochon (oui oui), le public comprend que tout est consenti, par le biais d'un dialogue, ou d'une séquence de tendresse qui suit la chose.

Plus encore, les sortes de jeux de rôles et autres "kink" bien spécifiques émanent parfois de l'initiative même de notre chère Ann. Si les corps à corps sont toujours hyper frontaux, Ann passant un grand nombre de scènes en tenue d'Eve, c'est toujours son désir à elle qui se retrouve au centre de tout. Quand celui-ci n'est pas satisfait, on éprouve sa frustration et sa lassitude, car c'est son point de vue qui importe plus que tout. Chose amusante, cela n'empêche pas le public de réagir, et c'est normal, par des rires très gênés, des soupirs (le rythme est très répétitif). Certains semblent chercher de l'aide du côté de leurs voisins ou être à deux doigts de se barrer.

Heureusement, les plus courageux sont restés.

>> J'ai dévoré ce roman gore, parano, provocateur et brillant en un temps record, alors qu'il fait 900 pages ! <<

J'ai apprécié la manière dont, malgré le malaise que peut propager ce film, sa cinéaste en est totalement consciente puisqu'elle fait le choix d'un humour très cinglant - la sexualité n'est jamais perçue avec jugements ou dépréciation. Elle fait partie de la vie de ce personnage. Elle s'ancre carrément dans la banalité de son quotidien. Ce qui donne lieu à des analogies que j'ai particulièrement adoré entre... Le monde du travail et l'ennui au lit. Dit comme ça la comparaison semble lointaine, mais le film croque sans craindre d'être percutant l'esprit d'entreprise, qu'il assimile, quelque part, à une autre forme de soumission... Mais moins consentie, celle-ci.

Un film subversif donc, mais pas forcément pour les raisons que l'on croit. Et une expérience à vivre en salles, histoire de soutenir une cinéaste audacieuse dont c'est le tout premier long.

Mots clés
Sorties cinéma
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
L'un des films de science-fiction les plus attendus de 2024 arrive plus tôt que prévu... Pour éviter de se retrouver face au nouveau Mad Max
CINÉ SÉRIE
L'un des films de science-fiction les plus attendus de 2024 arrive plus tôt que prévu... Pour éviter de se retrouver face au nouveau Mad Max
15 janvier 2024
Encore plus d'horreur, plus d'action et des répliques saignantes... Jenna Ortega tease la saison 2 de Mercredi : "Tout sera plus énorme" play_circle
CINÉ SÉRIE
Encore plus d'horreur, plus d'action et des répliques saignantes... Jenna Ortega tease la saison 2 de Mercredi : "Tout sera plus énorme"
16 janvier 2024
Les articles similaires
Fabricant de Larmes : la fin du film de Netflix vous a fait pleurer ? Elle n'est pas vraiment la même dans le livre... play_circle
Cinéma
Fabricant de Larmes : la fin du film de Netflix vous a fait pleurer ? Elle n'est pas vraiment la même dans le livre...
19 avril 2024
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle play_circle
CINÉ SÉRIE
Je suis allé voir le film qui a ouvert le Festival de Cannes, mais que vaut-il vraiment ? J'en reste aussi pantois que toute la salle
21 mai 2024
Dernières actualités
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique play_circle
CINÉ SÉRIE
La Chronique des Bridgerton saison 4 : un personnage adoré des fans tué dans la suite de la série ? La créatrice réagit à ce bouleversement historique
17 juin 2024
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire" play_circle
CINÉ SÉRIE
The Walking Dead en deuil : Dog, le chien le plus cool de la télé, est mort, Norman Reedus pleure son "meilleur partenaire"
17 juin 2024
Dernières news